1528DEDI
topblog Ivoire blogs

03 mai 2017

Ligue des champions: Cristiano Ronaldo assomme l'Atlético Madrid

 

media
Cristiano Ronaldo célèbre son 101e but en Ligue des champions, le 2 mai 2017.Reuters / Paul Hanna Livepic

Le Real Madrid s’est imposé 3-0 en demi-finale aller de la Ligue des champions mardi 2 mai face à l’Atlético Madrid. L’international portugais, Cristiano Ronaldo, a inscrit un triplé alors que les Colchoneros, finalistes l’an dernier, n’ont pas montré grand-chose dans une rencontre souvent à sens unique.

Quelques minutes d’observation et un but de Cristiano Ronaldo pour commencer la soirée. Les joueurs du Real, qui disputent leur septième demi-finale consécutive, ont encore fait douter les Colchoneros avec cette 101e réalisation en C1 de l’attaquant portugais. Le bloc défensif de l’Atlético Madrid n’a rien pu faire face à la tête du champion d’Europe (10e).

Aucun tir cadré de l'Atlético en première période

Le Real qui possède plus d’expérience européenne n’est pas tombé dans le piège de Diego Simeone : faire déjouer l’armada offensive de Zinédine Zidane. Au bout de trente minutes, le Real avait déjà dix tirs, dont six cadrés, avec notamment un ballon croisé du droit signé Luka Modric à l’entrée de la surface (24e). Ou encore ce retourné acrobatique de Karim Benzema qui passe juste au-dessus de la cage d’Oblak (29e). Sans oublier la tête de Varane sur un corner de Kroos (15e).

Etouffé, l’Atlético Madrid ne propose rien, sinon cette riposte de l’ancien parisien Kevin Gameiro lancé dans la profondeur, et qui se heurte à la sortie de Keylor Navas dans la surface (17e). Les Colchoneros terminent la première période avec aucun tir cadré.

Pourtant, parmi les demi-finalistes, le Real Madrid reste l'équipe qui a inscrit le moins de buts en Ligue des champions cette saison (13 buts en 10 matches). Mais le réalisme des Merengues est pour le moment suffisant pour avancer dans la compétition et avoir un pied en finale de la Ligue des champions pour la quinzième fois.

103 buts pour lequadruple Ballon d'Or

La seconde période sera tout aussi limpide pour le leader de la Liga. Le deuxième but de Cristiano Ronaldo arrive à la 73e minute suite à une passe de Benzema qui permet à l'actuel Ballon d'Or de fusiller Oblak et doubler la mise. Le troisième but de Cristiano Ronaldo (103e en C1) viendra d’une contre-attaque. CR7 s'offre un une-deux avec Lucas Vazquez, et propulse le ballon dans les filets à bout portant (86e). La messe est dite.

« Leur force est de ne jamais baisser les bras, de lutter et se battre en utilisant leurs propres armes », avait raconté Zinédine Zidane en conférence de presse d’avant match. Sauf que les Colchoneros qui nous avaient habitués à un football plus rapide et incisif, n’avaient pas les cartouches nécessaires pour rivaliser avec le tenant du titre. Il reste le match retour au stade Vicente-Calderón mercredi 10 mai pour inverser la tendance et créer l'exploit. Une remontada ?

 
 

02 mai 2017

Football: le Ghanéen Muntari dit stop aux cris racistes en quittant le terrain

 

media
Sulley Muntari sous les couleurs de l'AC Milan en février 2015.AFP PHOTO / MARCO BERTORELLO

Le milieu de terrain ghanéen de Pescara Sulley Muntari a quitté de son plein gré la pelouse lors du match Cagliari-Pescara (1-0) dimanche dans le Championnat italien après avoir été la cible d'insultes racistes.

« Muntari a entendu des cris racistes et il a demandé à ce que quelqu'un intervienne. Je pense qu'il a eu raison, il a bien fait de quitter le terrain », a déclaré Zdenek Zeman, entraîneur de Pescara, après le match, remporté 1-0 par Cagliari.

Sur les images diffusées par les chaînes sportives italiennes, on voit Muntari parler à l'arbitre du match, se plaignant manifestement de l'attitude de certains supporters de Cagliari. L'arbitre semble écouter ses protestations puis lui adresse un carton jaune. Muntari quitte alors le terrain, répétant à plusieurs reprises « stop » ou « basta ».

A sa sortie du terrain, il s'adresse à des supporters en leur montrant son bras et en disant : «C'est ma couleur, c'est ma couleur ». Muntari, âgé de 32 ans et international à plus de 80 reprises, a fait l'essentiel de sa carrière en Italie, passant notamment par l'AC Milan et l'Inter Milan.

En février dernier, Everton Luiz, un milieu brésilien du club de football du Partizan Belgrade, victime de cris de singe de la part de supporteurs de l'équipe adverse, avait lui aussi quitté la pelouse en pleurs.

rfi

 

Corruption: la FIFA menacée par un nouveau scandale avec l’affaire al-Sabah

 

media
Ahmad al-Fahad al-Sabah pose pour les photographes au siège de la FIFA à Zurich, le 14 octobre 2016.REUTERS/Arnd Wiegmann

L'un des membres les plus hauts placés de la Fifa, le cheikh koweïtien Ahmad al-Sabah, a décidé de démissionner du Conseil de l'instance mondiale du football où il s'apprêtait à briguer un nouveau mandat. Il est mis en cause pour un paiement supposé illégal dans le cadre d'une nouvelle affaire de corruption.

C’est un coup d'arrêt dans la carrière de ce dirigeant très influent, et pas seulement dans le milieu du ballon rond. Quinquagénaire charismatique au réseau très étoffé, Ahmad al-Fahad al-Sabah est depuis longtemps un vrai faiseur de rois dans les plus hautes sphères sportives. Membre du CIO depuis 1992, patron de l'association des Comités nationaux olympiques depuis 2012, entré au sein de l'exécutif de la FIFA il y a deux ans, il avait même fait partie de la commission des réformes chargée de la refonte de l'instance mondiale du football engluée dans de nombreux scandales révélés en mai 2015.

Mais un homme risque de tout remettre en cause : Richard Lai. Le président de la Fédération de Guam vient de plaider coupable devant une juge fédérale new-yorkaise de corruption et de dissimulation de comptes bancaires à l'étranger. Il a reconnu avoir touché quelque 850 000 dollars de pots-de-vin entre 2009 et 2014 de la part de responsables de la Confédération asiatique de football, notamment pour soutenir la candidature de Mohammed Bin Hammam, rival de Sepp Blatter pour la présidence de la FIFA en 2011.

Si le cheikh Al-Sabah n'est jamais nommément cité dans l'acte d'accusation, la justice américaine regarde clairement vers lui. Malgré ses dénégations, il a donc préféré sortir du cadre institutionnel pour assurer sa défense et de réduire l'effet de cette nouvelle sur le prochain congrès de la FIFA prévu le 11 mai à Bahreïn.

rfi