1528DEDI
topblog Ivoire blogs

24 août 2017

"L'affaire Dembélé": ce que l'on sait

 

media
Ousmane Dembélé en conférence de presse à Clairefontaine-en-Yvelines, le 5 juin 2017AFP/Archives
 

C'est "l'affaire Dembélé": l'attaquant français de 20 ans du Borussia Dortmund, courtisé par le FC Barcelone, provoque une crise sans précédent entre les deux grands clubs européens.

Alors que Dortmund a fixé au Barça la date limite de dimanche soir pour payer 140 millions d'euros, Dembélé refuse de s'entraîner depuis le 10 août et a déjà quitté l'Allemagne. Voici ce que l'on sait sur ce bras de fer.

- Prix: 140 M EUR -

Le FC Barcelone, qui a laissé partir contre son gré Neymar au Paris SG, cherche à tout prix à le remplacer. Le club catalan dispose des 222 millions d'euros de la vente du Brésilien.

Le Barça a approché Ousmane Dembélé, sous contrat avec Dortmund jusqu'en 2021. Jouer à Barcelone est un rêve d'enfant pour lui, et un accord a rapidement été trouvé avec son entourage, selon les médias.

Barcelone a d'abord offert à Dortmund 80 millions d'euros fixe plus 25 millions de bonus. Dortmund, qui n'a aucun besoin d'argent frais et comptait beaucoup sur l'ex-Rennais pour cette saison, a placé la barre beaucoup plus haut, à 140 millions selon la presse, ce qui ferait de Dembélé le deuxième joueur le plus cher de l'histoire, après Neymar. Sauf si Kylian Mbappé passe de Monaco au PSG pour près de 180 M EUR...

Les dirigeants allemands refusent le principe même de négociations. Soit Barcelone paye le prix demandé avant dimanche soir, soit Dembélé reste en Allemagne, claironne le directeur exécutif de Dortmund Hans-Joachim Watzke: "Ce n'est pas la peine qu'ils nous fassent une autre offre".

- Bras de fer -

Face au blocage de Dortmund, Dembélé tente un coup de force. Le 10 août au matin, il ne s'est pas présenté à l'entraînement, sans prévenir quiconque. Puis il a coupé toutes les communications avec le club pendant plusieurs jours, avant que le Borussia ne le localise finalement en France.

Selon la presse locale, il est toujours en France. Il a quitté la maison qu'il louait à Dortmund (propriété du coach de Liverpool Jürgen Klopp), en la laissant dans un état déplorable, selon les médias allemands.

- Guerre froide -

Watzke accuse le club cinq fois vainqueur de la Ligue des champions de manipuler Dembélé. "Il faut quand même s'interroger sur le rôle que joue le prestigieux FC Barcelone. Nous avons rencontré leurs représentants, au nom du respect pour un club que je tenais encore, il y a une ou deux semaines, pour un grand club vraiment sérieux"...

"Nous avons constaté que nos positions étaient très éloignées et nous nous sommes séparés sans aucun résultat", tacle encore Watzke. "Et sans prévenir, il (Dembélé) ne vient pas à l'entraînement le lendemain. Croyez-vous vraiment qu'un garçon de 20 ans déciderait de ne pas venir à l'entraînement sans l'assentiment du nouveau club ? Jamais de la vie!"

"J'estime la probabilité d'un transfert en dessous de 50%", a assuré dimanche le patron du Borussia, pas malheureux par ailleurs de voir l'action de son club s'envoler en bourse dans la perspective de la vente de l'ailier français, acheté 15 millions il y a un an.

- Jeu risqué -

Jeudi, Didier Deschamps n'a pas retenu Dembélé (7 sélections) dans sa liste pour les deux prochains matches internationaux. A un an de la Coupe du monde, l'attaquant devra pourtant faire une grosse saison s'il veut être du voyage en Russie.

"Je ne lui en veux pas, a exposé le sélectionneur. J'ai discuté avec lui, il espérait que ça se passe plus rapidement. Ce qui est gênant, c'est qu'il se met en marge. Il y a d'autres joueurs susceptibles d'être transférés qui continuent à s'entraîner".

S'il va à Barcelone, il aura ses chances, à condition de s'imposer. Mais s'il est contraint de rester à Dortmund, sa situation sera beaucoup plus critique. "Sa position dure le met dans la difficulté. Si la décision va dans son sens, ce sera peut-être moins difficile à digérer que s'il doit revenir à Dortmund, vis-à-vis de son club et de ses partenaires", admet Deschamps.

"Si (il reste), il faudra que le joueur fasse clairement son mea culpa devant le club et devant l'équipe", a déjà prévenu Watzke.

 
 

Les commentaires sont fermés.