1528DEDI
topblog Ivoire blogs

28 avril 2017

Hamad Kalkaba Malboum: «Mettre mon expérience à la disposition de l’Afrique»

 

media
Le Camerounais Hamad Kalkaba Malboum.TONY KARUMBA / AFP

Hamad Kalkaba Malboum est candidat à la présidence de l’Association des comités nationaux olympiques d'Afrique (Acnoa) dont l’élection aura lieu le 10 mai 2017 à Djibouti. Le Camerounais, actuellement à la tête de la Confédération africaine d’athlétisme, explique au micro de Christophe Jousset pourquoi il pense pouvoir enfin battre le patron sortant de l’Acnoa, Lassana Palenfo, après deux échecs.

RFI : Hamad Kalkaba Malboum, pourquoi êtes-vous candidat à la présidence de l’Association des comités nationaux olympiques d'Afrique (Acnoa) ?

Hamad Kalkaba Malboum : Je suis candidat parce que le sport est le domaine où la jeunesse africaine s’exprime le mieux, sans complexe, face aux jeunes des autres continents. L’Afrique a un potentiel important. Si l’Acnoa est bien gérée, avec une stratégie visant à augmenter la performance de la jeunesse africaine, cela peut améliorer l’image et l’influence de notre continent sur la scène mondiale. […]

Ce qui s’est fait jusqu’à présent ne représente pas l’ambition de l’Afrique : c’est-à-dire capitaliser ce potentiel, pour que l’Afrique joue ce rôle important qu’elle devrait jouer. […]

Quelle est votre différence par rapport à Lassana Palenfo qui est président de l’Acnoa depuis 2005 ?

D’abord, le président Palenfo a exprimé très clairement son désir de passer la main, en 2013, quand il a été élu pour un troisième mandat. Je crois qu’il a envisagé un passage de relais entre générations.

Bien sûr, des choses ont été faites, mais je crois qu’on peut faire mieux. C’est pourquoi j’ai décidé de mettre mon expérience à la disposition de l’Afrique. Je suis dans la gestion du sport depuis une quarantaine d’années. […]

Tout d’abord, j’ai une stratégie fondée sur la réalisation de centres de formation pour les jeunes, en utilisant les moyens existants, comme les universités et les académies sportives qui se créent en Afrique. Je souhaite établir des partenariats qui permettent d’augmenter les moyens de production de bons athlètes. Je veux aussi mesurer le niveau scientifique et technique de notre continent par rapport aux moyens que les autres utilisent. […]

Est-ce dans ce domaine que le président Lassana Palenfo n’a pas fait suffisamment de choses ?

Je suis président de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) et ma discipline est l’un des sports les plus performants aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde.

Nous avons des centres qui forment à la fois des athlètes, des entraîneurs et des officiels. Nous ne bénéficions pourtant pas du soutien de l’Acnoa. Elle compte seulement les médailles de l’athlétisme, sans investir pour augmenter leur nombre. Une telle perception ne peut être perpétuée.

J’ai dirigé une commission ad hoc pour préparer les sportifs africains aux Jeux de Rio. Je me suis renseigné sur l’existence de centres d’entraînement pour les autres sports. Mais l’appui souhaité n’était pas celui qui correspondait à nos aspirations. […]

Tout ceci est dû au fait qu’il manque une stratégie cohérente, établie de manière concertée. Il y a aussi une sorte d’absence d’adhésion à la stratégie en cours, parce qu’elle est fondée sur la navigation à vue.

Nous devons améliorer les choses en impliquant notamment les membres du CIO africain, les présidents des comités olympiques nationaux, les présidents des confédérations de sports olympiques, et les zones de développement qui sont les structures décentralisées de l’Acnoa.

Enfin, il faut maintenir une coopération fructueuse et apaisée avec les gouvernements et l’Union africaine. Cela permettra de capitaliser les moyens, parce que l’Afrique n’a pas beaucoup de ressources pour développer véritablement le sport. […]

Etes-vous surpris que le président Lassana Palenfo se soit représenté pour un quatrième mandat ?

J’avais entendu parler de son intention de changer d’avis. Mais je ne pensais pas qu’il irait jusqu’au bout… L’argument avancé est que la plupart des présidents de comités nationaux olympiques lui ont demandé de se présenter. Mais cette hypothèse […] ne me paraît pas vraie. […]

L’athlétisme rapporte beaucoup de médailles aux Jeux olympiques et aux  Championnats du monde. Faut-il toutefois développer d’autres sports comme le taekwondo, qui a rapporté plusieurs médailles à l’Afrique aux JO 2016 ?

Je suis parti de critères très concrets pour monter le projet, lorsque j’ai été désigné à cinq mois des Jeux olympiques pour présider la commission ad hoc chargée de gérer la participation de l’Afrique aux JO.

Tout d’abord, j’ai fait le bilan des sports de 2000 à 2012 ; ceux qui ont régulièrement été qualifiés aux JO et ceux qui ont gagné des médailles. Nous avons ainsi identifié sept sports individuels : taekwondo, athlétisme, judo, boxe, haltérophilie, etc.

Nous sommes ensuite allés chercher les athlètes classés parmi les dix premiers au ranking mondial dans ces disciplines. Ils ont bénéficié d’un appui particulier. Ils ont reçu des fonds que l’Acnoa affecte habituellement à l’organisation des Jeux africains. […]

Cinq mois, c’est court pour préparer nos athlètes. Il ne faut pas cinq mois mais quatre ans. Mais j’ai conduit la préparation qu’on m’a demandée et ça a payé puisque le taekwondo a pu décrocher des podiums. […]

Si on prépare nos athlètes tôt, on peut accroitre notre nombre de médailles. […] Si nous organisons notre préparation sur la base des statistiques, nous pouvons aller jusqu’à dix ou douze sports performants, en ajoutant notamment les sports collectifs autres que le football qui a déjà gagné des médailles. […]

Nous pouvons aussi nous ouvrir aux autres partenaires internationaux de développement du sport.

Nous avons la capacité d’aller au-delà des 45, 50, 60, ou 70 médailles. […]

Est-ce que l’organisation en Afrique des Jeux olympiques est un objectif pour vous ?

C’est un grand souhait. La contribution de l’Afrique aux Jeux olympiques est importante. Et il n’y a pas de raison qu’elle n’accueille pas les JO. Mais l’environnement économique et international fait que les dirigeants politiques de notre continent hésitent à s’engager fermement. Autant nous nous sommes réjouis de la bonne organisation de la Coupe du monde 2010 de football, autant nous exprimons notre déception de ne même pas pouvoir organiser les Jeux du Commonwealth 2022.

Notre volonté d’organiser les Jeux olympiques demeure. Il faut voir quelles conditions l’Afrique doit réunir pour qu’un de ses pays accueille les Jeux. Ce n’est pas impossible pour nous.

N’est-ce pas illusoire alors qu’une ville aussi développée que Durban a renoncé aux Jeux du Commonwealth 2022 ?

L’Afrique n’est pas condamnée à vivre ces moments difficiles au plan économique. L’Afrique a suffisamment de ressources. […] Il n’y a pas de raison qu’on n’envisage pas de progrès économiques en Afrique. […] L’Afrique est un continent riche […] Je ne doute pas que l’Afrique puisse organiser un jour les Jeux olympiques.
rfi

26 avril 2017

Top 20 RFI: l'air suisse fait du bien à Seydou Doumbia

 

media
L'Ivoirien Seydou Doumbia.NIKOLAY DOYCHINOV / AFP

Seydou Doumbia continue de grimper au sein du Top 20 RFI. Avec 13 buts, l’Ivoirien du FC Bâle est 5e de notre classement des meilleurs buteurs africains d’Europe. Son retour en Suisse, après des expériences décevantes en Italie et en Angleterre, lui a visiblement fait du bien.

Buts Place Joueur Club/Nationalités Joués Moy.
27 1 Pierre-Emerick Aubameyang Borussia Dortmund/Gabon 27 1.00
17 2 Henry Onyekuru AS Eupen/Nigeria 32 0.53
14 3 Idriss Saadi Courtrai/France-Algérie 33 0.42
14 4 Mbaye Leye Zulte Waregem/Sénégal 34 0.41
13 5 Seydou Doumbia FC Bâle/Côte d’Ivoire 18 0.72
13 6 Benjamin Moukandjo FC Lorient/Cameroun 24 0.54
13 7 Mohamed Salah AS Rome/Egypte 26 0.50
13 8 Chadrac Akolo FC Sion/RDC 27 0.48
13 - Sadio Mané Liverpool/Sénégal 27 0.48
13 10 Ishak Belfodil Standard Liège/Algérie 29 0.45
13 11 Steve Mounié Montpellier/Bénin 31 0.42
12 12 Moussa Marega Vitoria Guimaraes/Mali 22 0.54
12 13 Mamadou Sylla AS Eupen/Sénégal 33 0.36
11 14 Samuel Eto'o Antalyaspor/Cameroun 24 0.46
11 15 Alassane Pléa Nice/France-Mali 25 0.44
11 16 Landry Dimata KV Ostende/Belge-RDC 27 0.41
11 - Diao Baldé Keita Lazio Rome/Sénégal 27 0.41
11 18 Ryad Boudebouz Montpellier/Algérie 29 0.38
11 - Mwbana Ally Samatta Racing Genk/Tanzanie 29 0.38
10 20 Leonard Kweuke Çaykur Rizespor/Cameroun 22 0.45

TOP 20 RFI : mode d'emploi

Ce classement ne prend en compte que :

1) les joueurs évoluant dans les douze meilleurs championnats d'Europe (selon l'indice UEFA 2016-2017)
2) les sélectionnés ou sélectionnables par une équipe nationale A africaine. Ce qui inclut les joueurs binationaux.

Sources : sites des ligues nationales de chaque pays.

 
 

L’Afrique a défini sa «stratégie gagnante» pour les JO 2020

 

media
Lors de la Table Ronde Acnoa 2017.Acnoa

L’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa) s’est réunie les 20 et 21 avril 2017 à Abidjan pour définir une stratégie en vue des Jeux olympiques d’été 2020. L’Acnoa veut notamment cibler les disciplines avec un fort potentiel de médailles, multiplier les compétitions d’envergure sur le continent et renforcer les Centres de préparation de haut niveau.

Alors qu’elle va élire son président le 10 mai, l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa) s’est réunie pour définir la stratégie du sport africain en vue des Jeux olympiques d’été 2020. Comment faire mieux à Tokyo que les 45 médailles récoltées à Rio, en 2016 ? C’était tout l’enjeu de la « Table Ronde Acnoa 2017 » qui s’est tenue les 20 et 21 avril 2017 à Abidjan.

« Dépasser la cinquantaine de médailles »

« Pour le moment nous n’avons pas chiffré [un nombre de médailles pour 2020, Ndlr] mais nous voulons quand même au moins dépasser la cinquantaine », indique Lassana Palenfo, le patron de l’Acnoa, à RFI.

Première mesure prise en ce sens : l’Acnoa va allouer 1 million de dollars à la préparation et au suivi des sportifs du continent, pour la période 2017-2020. A titre de comparaison, durant le cycle précédent (2013-2016), c’étaient environ 600 000 dollars.

« Durant l’olympiade passée, nous avons donné 292 bourses avec Solidarité olympique [un organisme du Comité international olympique, Ndlr], souligne Lassana Palenfo. La préparation des athlètes était en général de deux ans. Cette fois-ci, ça va aller jusqu’à trois ans et il y aura davantage de bourses ».

Optimiser la préparation des athlètes dans certains sports

Au-delà des questions financières, l’Acnoa pense pouvoir rendre la préparation des athlètes plus efficaces. Pour cela, l’Association veut « cibler les disciplines avec un fort potentiel de médailles », comme l’a été le taekwondo à Rio.

Il est également question de « multiplier les compétitions d’envergure sur le continent ». Dans cette logique, l’Acnoa continue de discuter avec l’Union africaine (UA) au sujet de la gestion des Jeux africains « Nous avons déjà signé un pré-contrat au Caire avec l’Union des confédérations sportives africaines et nous devons aller à Addis-Abeba pour signer le contrat final » avec l’UA, précise Palenfo.

Autres mesures phares : « renforcer les centres de préparation de haut niveau implantés sur le continent africain » et « partager les expériences des comités nationaux olympiques ayant réalisé des bons résultats ».

Hamad Kalkaba Malboum, président de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) et rival de Palenfo pour la présidence de l’Acnoa, pense toutefois qu’il ne faut pas s’interdire de regarder hors du continent pour continuer à grandir. « Nous pouvons nous ouvrir aux autres partenaires internationaux de développement du sport, a-t-il expliqué à Christophe Jousset.Nous avons la capacité d’aller au-delà de 45, 50, 60 ou 70 médailles ». Le débat entre le Camerounais et Palenfo est lancé.

rfi