1528DEDI
topblog Ivoire blogs

05 avril 2017

L’indispensable Pierre-Emerick Aubameyang agace le Borussia Dortmund

 

media
Pierre-Emerick Aubameyang a énervé son club, le Borussia Dortmund, et l'équipementier Puma en arborant un masque de la marque Nike.Wolfgang Rattay / Reuters

Le dernier écart du buteur gabonais n’a pas plu à son club, le Borussia Dortmund. Pierre-Emerick Aubameyang va sans doute être puni par son employeur. Cette saison, il multiplie les petites incartades. Le BVB peut tiquer, mais il finit par pardonner. L’attaquant s’égare parfois, mais il reste le leader dont a besoin Dortmund pour briller.

La passion de Pierre-Emerick Aubameyang pour les masques va finir par lui coûter cher. Après Spider-Man et Batman, l’attaquant a arboré un masque de catcheur samedi 1er avril pour fêter son but inscrit lors du match nul du Borussia Dortmund sur la pelouse de Schalke 04 (1-1) en Bundesliga. Cette célébration était un clin d’œil à une publicité que le Gabonais a tourné avec l’équipementier américain Nike. Problème : le sponsor officiel du BVB est… Puma. L’équipementier allemand est même actionnaire minoritaire du club, à hauteur de 5%.

Dortmund sommé de sévir contre « PEA »

« C’est d’une rare bêtise. Cette fois, ça va être plus compliqué pour lui », a averti Hans-Joachim Watzke, le propriétaire du Borussia, qui tacle également Nike : « Ce comportement est indigne d’une grande entreprise. Ça va peser sur notre relation ». L’exaspération gagne à Dortmund, car début mars, Pierre-Emerick Aubameyang a reçu un avertissement pour être apparu sur le terrain avec une virgule rouge (le symbole de Nike, son équipementier personnel) dessinée dans les cheveux. « Ce n’est pas de notre goût. Il n’a pas intérêt à recommencer », avait déclaré au quotidien Bild Michael Zorc, le directeur sportif du club.

Le message n’est, semble-t-il, pas bien passer. Puma est monté au créneau en publiant un communiqué 24 heures après l’épisode du masque de Nike : « Nous sommes convaincus que le Borussia Dortmund tirera les conséquences correctes de cet incident. » Traduction : la marque allemande demande une sanction à l’encontre de l’ex-Stéphanois.

Plusieurs problèmes avec Aubameyang cette année

Et sanction, il y aura très probablement. Le journal Bild assure que « PEA » pourrait se voir infliger une amende de 50 000 euros. Il faut dire que le joueur collectionne les petits délits cette saison. Début novembre, Aubameyang a été écarté le temps d’un match pour « raisons internes » officiellement. Selon Bild, c’était une punition pour s’être rendu en Italie sans l’autorisation du club et pour être rentré en retard. Le Gabonais a reconnu son erreur, a présenté ses excuses à son coach et à ses coéquipiers… et s’est fait pardonner en inscrivant un quadruplé lors du match suivant.

Début décembre, et encore en janvier, le club a de nouveau recadré Pierre-Emerick Aubameyang. Il lui a été demandé d’accorder moins d’interviews. Le joueur évoquait alors fréquemment ses envies de peut-être quitter le club dans quelques mois, et son rêve de jouer un jour au Real Madrid. Les dernières frictions ne sont pas de nature à assourdir les rumeurs envoyant l’attaquant loin de Dortmund lors du prochain mercato.

Son prix : 80 millions d’euros minimum

Pour le Borussia, un départ de « PEA » serait une grosse perte. Etincelant la saison dernière (39 buts en 49 matches), il est sur des bases encore plus élevées cette année avec déjà 31 réalisations, malgré la coupure de la CAN. L’actuel meilleur buteur du championnat d’Allemagne est l’arme fatale du BVB. Son récent triplé contre le Benfica en Ligue des champions a une nouvelle fois fait la différence. Aubameyang s’est rendu indispensable dans la Ruhr. Le Borussia Dortmund, conscient du talent et de la valeur marchande de sa pépite, grince devant ces incartades. Mais celles-ci ne sont pas graves au point d’entrer en conflit ouvert avec le meilleur joueur de Bundesliga en 2016.

Pierre-Emerick Aubameyang fêtera ses 28 ans en juin prochain. Joueur du BVB depuis 2013, il songe à partir pour relever d’autres défis. Son souhait est de porter le maillot du Real Madrid, et le club espagnol a les moyens pour financer un tel transfert : Hans-Joachim Watzke a affirmé qu’il refusera toute négociation sous les 80 millions d’euros. Méfiance toutefois : depuis bientôt quatre ans, à Madrid, le trident Cristiano Ronaldo-Karim Benzema-Gareth Bale est titulaire et indéboulonnable (Angel Di Maria, Jesé, Alvaro Morata, Javier Hernandez et Lucas Vazquez n’ont pu bousculer cette hiérarchie). Manchester City serait également sur la piste d’Aubameyang.

rfi

 


 

Les commentaires sont fermés.