1528DEDI
topblog Ivoire blogs

08 décembre 2016

Jean Michaël Seri, la patte soyeuse de l’Eléphant

 

media
Jean Michael Seri, le serial passeur de la Ligue 1 avec Nice.FRANCK FIFE / AFP

Avec huit passes décisives en 14 matches, l’Ivoirien de Nice, Jean Michaël Seri est le meilleur passeur de la Ligue 1 en France, mais également des championnats européens. Des offrandes qui ont permis en partie à Nice d’être leader de la L1, mais aussi de mettre encore plus en lumière cet Eléphant qui rêve un jour de jouer au Barça.

D’habitude, c’est un sommet trusté par des joueurs comme Mesut Ozil (Arsenal), Kevin de Bruyne (Manchester City) ou encore Andres Iniesta (Barcelone). Pourtant à l’heure où tous les championnats européens ont entamé leur deuxième tiers, le classement des distributeurs de caviars est dominé par un Ivoirien : Jean Michaël Seri.

Un temps d'adaptation très rapide

Ce petit gabarit de 1,67 m pour 67 kilos a déjà délivré huit passes décisives pour ses coéquipiers depuis le début de la saison, battant son record de la saison dernière (5 passes). En position de numéro six devant la défense ou en numéro huit relayeur, le milieu niçois rayonne dans l’entrejeu et reste très adroit dans les coups de pied arrêtés. La saison dernière, Seri était déjà le troisième joueur à avoir réussi le plus de passes en Ligue 1 (2 407) alors qu’il découvrait la France.

L’international ivoirien n’a donc pas eu trop de mal à s’adapter au Championnat de l’Hexagone après avoir quitté le Portugal et le club de Paços de Ferreira pour 700 000 euros. Aujourd’hui, Nice a fixé sa clause libératoire à 40 millions d’euros. Celui que Claude Puel, son ancien entraîneur, qualifie de « spécialiste de la passe cachée » a dû attendre de se retrouver chez les Aiglons pour prendre son envol en Europe.

Ancien numéro 10

Pourtant, le natif de Grand-Béréby, en Côte d’Ivoire avait très tôt laissé voir un talent certain avec le ballon. Dans son quartier de Youpougon où il a grandi, son surnom était « Galla », parce qu’il avait le même style de jeu que l’ancien meneur de jeu argentin, Marcelo Gallardo. Seri évolue même en numéro dix dans ses premiers clubs, l’Africa Sports, et Asec Mimosas en Côte d’Ivoire. Elu meilleur joueur du championnat ivoirien en 2012, il est appelé dans la foulée en sélection ivoirienne par Sabri Lamouchi, avant d’être transféré dans le club portugais de Porto.

Mais, l’Ivoirien atterrit dans une formation où l’entrejeu est tenu par des monstres comme Lucho Gonzalez, Fernando, Moutinho ou James Rodriguez. Le jeune ivoirien est cantonné pendant sa première saison dans l’équipe réserve avant d’être cédé à Paços de Ferreira.

La suite, on la connaît, son histoire s’écrit désormais avec l’OGC Nice, et Seri espère que le prochain chapitre lui fera découvrir le club de ses rêves : le FC Barcelone. « Je ne sais pas si j’y arriverai un jour, mais je veux me donner les chances d’y arriver, pour accomplir mon rêve », confiait-il au quotidien français L’Equipe en novembre 2015.

rfi

Les commentaires sont fermés.