1528DEDI
topblog Ivoire blogs

06 décembre 2016

Trois questions à José Antonio Camacho(nouveau sélectionneur du Gabon)

 

media
José Antonio Camacho à l'époque où il entraînait Osasuna en Espagne.JOSE JORDAN / AFP

La Fédération gabonaise de football (Fegafoot) a officialisé vendredi 2 décembre la nomination de José Antonio Camacho comme sélectionneur national. L’Espagnol a seulement quelques semaines devant lui pour remettre de l’ordre chez les Panthères avant l’ouverture de la CAN 2017 au Gabon

RFI : La CAN commence dans un mois, vous êtes en mission commando ?

José Antonio Camacho : Déjà je tenais à dire que je suis très heureux d’être ici. Evidemment nous arrivons avec beaucoup d’ambition et nous allons préparer au mieux la CAN. Quand on regarde les statistiques, le Gabon est le pays le moins bien classé au classement de la Fifa dans notre groupe, mais nous jouons à domicile. Cela doit être suffisant pour remonter le moral des athlètes et booster le niveau de l’équipe. Moi je veux que mes joueurs entrent sur le terrain avec l’envie de jouer au football. On doit être l’équipe qui a le plus faim de victoires. Pierre-Emerick Aubameyang est le meilleur joueur africain et il est entre les meilleurs du monde. Je pense que l’équipe doit le soutenir et lui doit répondre avec des buts. Lui, tout seul, ne peut pas les marquer.

Vous n’avez pas d’expérience au niveau du continent africain, est-ce un handicap ?

Moi j’ai l’expérience en tant que joueur et qu’entraîneur. J’ai participé à de grandes compétitions comme la Coupe du monde ou le Championnat d’Europe, et j’ai regardé des Coupes d’Afrique des nations. Le football est universel. Le Gabon, c’est 99% ou même 100% des athlètes qui jouent en Europe et dans le Monde entier. La majorité des joueurs des autres sélections sont dans la même situation. Ce n’est plus un football africain, c’est un football international.

Depuis 2013, vous n’avez pas entraîné d’autres équipes ?

J’ai eu plusieurs propositions. Celle-ci a été la plus intéressante, car nous allons disputer une phase finale et nous sommes le pays hôte. Tous ces éléments m’ont fait choisir le Gabon. Nous sommes déjà en train de préparer la concentration de l’équipe. Cette semaine nous allons superviser des matches du championnat gabonais, et j’essayerais de parler avec ceux qui sont en Europe. On va également revoir les rencontres, qui ont été disputées, et analyser les statistiques. On a une première liste de 33 ou 35 noms à donner, et on va s’appuyer sur celles qui ont été faites auparavant. Sur ce court laps de temps, on ne pourra pas changer beaucoup de joueurs.

rfi

Les commentaires sont fermés.