1528DEDI
topblog Ivoire blogs

31 octobre 2016

Coupe de la Confédération: Le TP Mazembe prend une option pour le titre

 

media
Adama Traoré (gauche), attaquant malien du TP Mazembe, lors de la demi-finale face à l’Etoile Sportive du Sahel (Tunisie).SALAH HABIBI / AFP

Le TP Mazembe et le MO Bejaïa se sont séparés sur un nul, 1-1, lors du match aller de la finale de la Coupe de la Confédération disputé au stade Mustapha Tchaker à Blida en Algérie. Les Corbeaux et les Crabes n’ont pas réussi à se départager lors d’une rencontre très équilibrée entre les deux équipes.

La finale de la Coupe de la Confédération promettait sur le papier entre le TP Mazembe, qui disputait sa 10e finale en compétitions africaines, et le MO Bejaïa, qui s’est hissé en finale pour sa première participation à l’épreuve.

Le TP Mazembe prend l’avantage

La première période commence par une domination du Mouloudia Olympique de Béjaïa. Ce match aller disputé au stade Mustapha Tchaker à Blida en Algérie est l’occasion pour les Algériens de se mettre en évidence.

A la 19e minute, le milieu de terrain tchadien Morgan Betorangal, lancé en profondeur, essaye de devancer le gardien ivoirien Sylvain Gbohouo, mais il arrive malheureusement trop tard et le MO Béjaïa perd une occasion d’ouvrir le score. Ce ne sera d’ailleurs pas la dernière car les Algériens mènent la danse, mais ils n’arrivent pas à concrétiser.

Le Tout Puissant Mazembe procède par contre-attaques et cette tactique va se révéler payante. A la 42e minute, l’attaquant ivoirien Roger Assalé s’isole, essaye de dribbler le gardien mais se fait faucher par ce dernier. L’arbitre n’hésite pas une seconde et siffle un penalty pour les Congolais. L’attaquant Jonathan Bolingi se charge de le frapper et de tromper le portier algérien Chamseddine Rahmani. L’équipe de la République du Congo prend donc l’avantage après 45 minutes de jeu.

Le MO Bejaïa égalise

La physionomie de la deuxième période change radicalement. Cette fois-ci, ce sont les Corbeaux qui dominent et font tourner le ballon. On est même tout près du deuxième but à la 50e minute. Roger Assalé, intenable durant tout le match, décide de prendre sa chance, mais sa frappe est repoussée par le gardien algérien.

Contre le cours du jeu, comme lors de la première période, c’est l’équipe qui défend et joue en contres qui va réussir à marquer. A la 66e minute, sur un coup-franc direct, l’attaquant algérien Faouzi Yaya trouve la lucarne de Sylvain Gbohouo et égalise pour le MO Bejaïa.

Sept minutes plus tard, Faouzi Yaya se retrouve tout seul face au gardien des Corbeaux, mais sa frappe est stoppée par Sylvain Gbohouo. Faouzi Yaya aura été l’homme de cette fin de match, donnant le match nul à son équipe.

Match décisif à Lubumbashi

Le score ne bougera plus. Les deux équipes se quittent donc sur un match nul 1-1, ce qui est un avantage pour les Congolais car le but à l’extérieur compte double en cas d’égalité sur les deux matches.

Un résultat similaire à celui entre les deux équipes lors de la phase de groupes. Rappelons que le MO Bejaïa et le TP Mazembe s’étaient quittés sur un match nul, 0-0, en Algérie et lors du second match, les Congolais l’avaient emporté sur le score de 1-0. Reste à savoir si l’histoire va se répéter ou si les Béjaïouis vont réussir à s’imposer.

Les Corbeaux et les Crabes se retrouveront le 6 novembre à Lubumbashi en République Démocratique du Congo pour le match retour. Le Tout Puissant Mazembe peut remporter son 7e titre en compétitions africaines, le second consécutif après sa victoire lors de la Ligue des champions 2015. Quant au MO Béjaïa, le club algérien pourrait soulever un premier trophée inédit dans son histoire lors de sa première participation aux épreuves de la CAF.

rfi

25 octobre 2016

Football: La Fifa sanctionne la Fédération espagnole

 

 Résultat de recherche d'images pour "images du président de la fédération espagnole de football"

La commission de discipline de la Fifa a décidé de sanctionner la Fédération espagnole, ce mardi 25 octobre, à la suite d'infractions constatées dans le cadre de transferts d'athlètes mineurs.

La RFEF a été reconnue coupable de violation dans l'enregistrement des joueurs mais également dans la participation de joueurs âgés de moins de 18 ans à des compétitions. La Fédération espagnole a reçu un blâme et écopé d'une amende de près de 200 000 €. La RFEF a un délai supplémentaire de six mois pour régulariser la situation.

AFP

 
 
 

Transferts de mineurs: la Fifa sanctionne financièrement la Fédération espagnole

 

media
Le logo de la Fifa au siège du groupe à Zurich, le 18 mars 2016AFP/Archives
 

Après le Real Madrid et l'Atletico Madrid, la Fédération espagnole de football (RFEF) a été à son tour sanctionnée par la Fifa mardi, cette fois financièrement d'une amende de 203.000 euros, pour des infractions relatives à la règlementation sur les transferts des joueurs mineurs.

La RFEF "bénéficie d'un délai de six mois supplémentaires afin de régulariser son cadre réglementaire et son système en vigueur concernant les transferts internationaux de mineurs dans son pays", indique la Fifa dans un communiqué, qui a également infligé un avertissement et un blâme à l'instance espagnole.

Cette sanction fait suite aux enquêtes menées par le système de régulation des transferts de la Fifa (TMS) puis celle de la commission de discipline de la Fifa sur la participation de joueurs mineurs à des compétitions pour le compte des deux clubs de Madrid, l'Atletico (entre 2007 et 2014) et le Real (entre 2005 et 2014).

Pour ces violations, les deux clubs madrilènes ont écopé en janvier d'une interdiction de recrutement pendant un an. Après rejet de leurs appels début septembre, la sanction doit s'appliquer aux deux mercatos à venir, ceux de janvier et août 2017. Tous deux ont depuis saisi le Tribunal arbitral du sport, plus haute juridiction sportive.

En outre, l'Atletico avait été condamné à payer une amende de 821.000 euros et le Real de 328.000 euros.

La Fifa interdit aux clubs le recrutement de joueurs mineurs étrangers (limite descendue à 16 ans pour les Européens), sauf à remplir certaines conditions.

AFP