1528DEDI
topblog Ivoire blogs

19 septembre 2016

Jeux Paralympiques: Rio de Janeiro éteint la flamme avec fierté

 

media
Cérémonie de clôture au stade Maracanã de Rio de Janeiro, le 18 septembre 2016.REUTERS/Sergio Moraes

Les Jeux paralympiques se sont achevés à Rio dimanche 18 septembre. Le flambeau est passé à Tokyo 2020. Malgré des problèmes budgétaires, les Paralympiques ont connu un succès public avec environ 2,2 millions de billets vendus. Des familles entières sont venues soutenir les sportifs.

Rio a éteint la flamme, le relais est passé désormais à Tokyo. Ces Jeux paralympiques resteront une réussite pour le Brésil, malgré les problèmes politiques et financiers traversés par le pays, avec notamment la destitution de l’ex-présidente Dilma Roussef juste avant l’ouverture des Paralympiques.

Un accident mortel trouble l’enthousiasme des organisateurs

Samedi, à la veille de la clôture des Paralympiques, un accident mortel est venu troubler l’enthousiasme des organisateurs. Un athlète iranien est décédé durant une course de vélo sur route. « Nous présentons nos condoléances à sa femme, à ses enfants et au peuple d’Iran », a commenté Sir Philip Craven, président du Comité international paralympique (IPC).

On se souviendra, malgré le fiasco annoncé, que des familles entières sont venues soutenir les sportifs, grâce notamment aux prix accessibles des billets, et ont souvent été étonnées par les performances athlétiques. « Je crois que cela restera comme les Jeux paralympiques du peuple, le handisport a rassemblé des générations entières », commente Sir Philip Craven qui gardera en mémoire les 310 kilos soulevés en haltérophilie par Siamand Rahman, devenu l'homme le plus fort des Jeux paralympiques. « Les Paralympiques resteront un héritage social très important et j’en suis très fier. Merci aux Cariocas », ajoute-t-il.

La Russie, grande absente

« Nous sommes très fiers des jeux que nous avons organisés », avoue Mario Andrade, porte-parole de Rio 2016 qui n’a pas voulu tenir rigueur des articles alarmants de la presse internationale avant les JO et les Paralympiques. « Cela fait partie de la tradition de la presse de faire une couverture pessimiste avant des grands évènements. Elle a oublié l’élément humain. Nous avons réussi parce que le peuple a accueilli les Jeux et que nous avons eu deux cérémonies d’ouverture qui ont montré une belle image du Brésil. Dès lors, l’opinion publique a changé d’idée », argumente-t-il.

On se souviendra aussi qu’à Rio, la Russie fut la grande absente. Contrairement aux JO où le Comité international olympique avait laissé les fédérations internationales sanctionner ou non les athlètes russes, l’IPC les a carrément exclus. « L’équipe russe nous a manqué, mais le gouvernement a sponsorisé le dopage et il faut un grand changement en Russie pour qu’elle reprenne sa place dans notre famille », lance Sir Philip Craven.

106 médailles d'or pour la Chine

Comme à Londres en 2012, la Chine a dominé les épreuves avec 238 médailles dont 106 en or, onze de plus qu'à Londres. La Grande-Bretagne, l'Ukraine, les États-Unis et l'Australie complètent le tableau des cinq meilleures nations paralympiques. Le Brésil pointe en 8e position.

« La mission est accomplie », avance Carlos Nuzman, président de Rio 2016. Au total, l'organisation des Jeux (olympiques et paralympiques) aura coûté 2,8 milliards de dollars comme annoncé en 2009, selon le comité.

En l’espace de deux années, le Brésil a organisé les plus grands évènements planétaires avec la Coupe du monde en 2014, les JO et les Paralympiques. Cette grande puissance du continent sud-américain fait face à un problème de croissance depuis plusieurs années. Son prochain défi s’annonce titanesque : retrouver la confiance et faire repartir une économie moribonde.


La France a réussi ses Jeux paralympiques

« Nous pouvons être fiers d’avoir eu 70% de finalistes. La sélection a été exigeante et le bilan global est positif », lance Emmanuelle Assmann, présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF). La France termine les Paralympiques à la 12e place et obtient neuf médailles d’or. « Au bout de 20 ans de bataille, la reconnaissance semble être là. Je crois que le pari de faire reconnaître les performances des athlètes paralympiques est réussi », souffle Emmanuelle Assmann qui a salué l’accueil du Brésil grâce à son organisation et à son public.

Les jeunes athlètes français sont restés souvent au pied du podium, de bon augure pour Tokyo 2020, selon Emmanuelle Assmann. « Ils ont eu une première expérience. C’est de plus en plus compliqué, car le niveau se resserre », dit-elle. Elle pointe 200 nouveaux records mondiaux au Brésil. A Rio, les athlètes français auront certainement donné envie à beaucoup de gamins handicapés de faire du sport. Emmanuelle Assmann dit avoir reçu beaucoup de messages qui vont dans ce sens.

Après Rio, un nouveau défi attend désormais le mouvement paralympique français : défendre la candidature de Paris 2024. Pour Emmanuelle Assmann, les Jeux à Paris pourrait être « un vrai coup d'accélérateur » pour le handisport français.

rfi

Les commentaires sont fermés.