1528DEDI
topblog Ivoire blogs

12 avril 2016

Ligue des champions: le Belge Kevin De Bruyne a bien rebondi

 

media
Le Belge Kevin De Bruyne face au PSG, en Ligue des champions, le 6 avril 2016.Reuters / John Sibley

Kevin De Bruyne sera l’un des principaux atouts de Manchester City face au Paris Saint-Germain, le 12 avril 2016, en quart de finale retour de la Ligue des champions de football. Le Belge de 24 ans, buteur face aux Parisiens au match aller, aurait pu jouer au  PSG. Mais le milieu de terrain a choisi les Citizens pour reprendre son ascension, après un passage raté à Chelsea entre 2012 et 2014.

En football, il n’est jamais simple de trouver le juste équilibre tactique entre l’attaque et la défense lorsqu’on a concédé un nul 2-2 sur son terrain, lors d’un match aller. Mais c’est encore plus difficile lorsque Kevin De Bruyne est dans le camp d’en face.

Le milieu de terrain sera en effet l’une des principales menaces de Manchester City, face au Paris Saint-Germain (PSG), ce 12 avril 2016, en quart de final retour de la coupe d'Europe (Ligue des champions).

A Paris, le 6 avril, le Belge avait effectué son grand retour à la compétition après deux mois sans jouer (1), à cause d’une blessure. Cela ne l’avait pas empêché de faire trembler les filets du PSG avec un tir croisé puissant.

Courtisé par le PSG, cet été

Petite ironie de l’histoire, le talentueux meneur de jeu de 24 ans avait été contacté par les champions de France, cet été. Mais les Parisiens avaient préféré enrôler l’Argentin Angel Di Maria.

Kevin De Bruyne, de son côté, avait donc quitté Wolfsburg en Allemagne pour Manchester City en Angleterre, contre un transfert estimé à près de 75 millions d’euros.

Un retour en forme au meilleur moment

Les Citizens peuvent difficilement regretter cet investissement, un record pour un footballeur belge. Kevin De Bruyne 14 buts marqués et 12 passes décisives délivrées en 33 matches disputés, toutes compétitions confondues, depuis le début de la saison. Tout juste peuvent-ils maudire cette déchirure à un ligament qui l'a éloigné durant 12 matches. Une période terne pour Manchester City qui a perdu 5 rencontres, concédé 2 nuls, pour 5 victoires seulement.

Kevin De Bruyne revient donc en forme à un moment crucial, à quelques semaines de la fin de saison en club et du Championnat d’Europe des nations. Un Euro 2016 (10 juin-10 juillet) en France durant lequel la Belgique sera l’une des équipes favorites.

Un échec à Chelsea

« Kevin a du talent, de la technique, une vision du jeu exceptionnelle, s'émerveille  Georges Leekens, qui a été sélectionneur des Diables rouges de 1997 à 1999, puis de 2010 à 2012. Il fait jouer les autres à un niveau supérieur, ce qui est peut-être le plus important avec lui. Je l’ai dirigé lorsqu’il avait 19 ans. C’est un guerrier, quelqu’un qui veut toujours se montrer ».

Ce garçon plutôt discret dans les médias, timide en-dehors des terrains, n’y est pourtant pas toujours parvenu. Après avoir fait ses classes à Tronchiennes (1997-1999), La Gantoise (1999-2005) puis à Genk (2005-2012), le Flamand avait pris la direction de Chelsea (2012-2014). Mais que ce soit sous la direction de l’Espagnol Rafael Benitez ou du Portugais José Mourinho, il n’est jamais parvenu à s’imposer à Londres.

Un pas en arrière, puis trois pas en avant

Lassé, Kevin De Bruyne avait donc opté pour un retour en Allemagne, en janvier 2014 à Wolfsburg, quelques mois après un prêt réussi au Werder Brême en 2012-2013. Un choix payant puisque ce dernier a réalisé une belle Coupe du monde 2014 avec la Belgique puis a retrouvé toutes ses qualités de buteur, passeur et de régulateur.

Ce retour au premier plan n’étonne pas Georges Leekens : « En allant en Allemagne, il a fait un pas en arrière pour faire ensuite trois pas en avant avec Manchester City. […] Mentalement, il est très fort. C’est un grand professionnel. S’il est très vite revenu après une blessure assez grave, c’est parce qu’il a travaillé comme un fou pour cela. » Le technicien conclut : « Kevin est une vedette sans prendre l’air d’une vedette. Il y a des joueurs comme Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo. Kevin n’est pas encore comme Messi. Mais c’est déjà un grand joueur et il va continuer de progresser. Parce qu’à son âge, il peut encore faire beaucoup de pas en avant. »

(1) Kevin De Bruyne avait disputé un bout du match de championnat contre Bournemouth avait d’affronter le PSG au Parc des princes.

rfi

Les commentaires sont fermés.