1528DEDI
topblog Ivoire blogs

17 décembre 2015

Fifa: dernière étape avant le verdict pour Blatter et Platini

 

media
Sepp Blatter, alors président de la Fifa (g), le 30 mai 2015, et le dirigeant de l'UEFA Michel Platini le 28 mai 2015 à ZurichAFP/Archives
 

C'est la fin d'un faux suspense: la justice interne de la Fifa entend jeudi Joseph Blatter, son président suspendu, et vendredi les avocats de Michel Platini, président de l'UEFA suspendu qui boycotte cette audience, afin de rendre son verdict, alors que les deux hommes risquent la radiation du monde du foot.

Depuis les propos polémiques d'un porte-parole de la chambre d'instruction de la Fifa vendredi dernier, l'issue d'une sanction lourde ne fait plus de doute: "Platini va sûrement être suspendu plusieurs années, et en ce qui concerne Blatter, il n'y a pas de différence entre une suspension de quelques années ou une suspension à vie".

Ces auditions doivent commencer à 9h00 du matin (08h00 GMT) jeudi et vendredi au siège de la Fifa à Zurich. Il est reproché aux deux hommes la somme de 1,8 M EUR versée en 2011 par Blatter à Platini pour un travail de conseiller achevé en 2022 sans contrat écrit. Blatter est également visé pour un contrat de droits TV présumé déloyal envers la Fifa.

Les conséquences d'une sanction lourde à partir de lundi soir ne sont pas les mêmes pour le Suisse de 79 ans, dont l'ambition était de rester en poste jusqu'au 26 février, date de l'élection de son successeur, et pour le Français de 60 ans, qui voulait se présenter à ce scrutin.

 
 

Blatter, qui dénonce une "inquisition", se présentera jeudi en personne, accompagné de ses conseils, devant ce qu'il considère encore comme "sa" commission d'éthique. "Dans le football, je n'ai jamais de ma vie fait quelque chose que je devrais me reprocher sur le plan de la conscience -on parle d'éthique- ou sur le plan du droit -on parle de pénal", a-t-il lancé au quotidien Libération.

- 'Enquête à charge' -

Platini a lui décidé de ne plus se plier à un jeu qu'il considère truqué. Pour "signifier sa plus profonde indignation face à une procédure qu'il considère comme uniquement politique et visant à l'empêcher de se présenter à la présidence de la Fifa", l'ancien capitaine des Bleus a donc décidé de dribbler son audition prévue vendredi matin, selon un communiqué de ses avocats transmis à l'AFP.

Ses conseils seront bien présents à l'audience vendredi, mais pas le triple Ballon d'Or car "le verdict a déjà été annoncé dans la presse par un des porte-paroles" de la justice interne de la Fifa, au "mépris de la présomption d'innocence".

"En outre", relève encore le camp Platini, l'audience "du 18 décembre intervient alors même que les derniers éléments communiqués par la défense établissent que l'enquête a été conduite de façon précipitée et à charge, mais également que celle-ci n'est manifestement pas achevée".

Car la Fifa -et désormais la justice civile suisse- s'intéressent à la fameuse note interne de l'UEFA datée de 1998, révélée le 6 décembre par le Journal du Dimanche, et consultée plus tard par l'AFP, qui fait état d'un possible futur travail salarié de Platini à la Fifa. "La preuve écrite d'un contrat oral", avance le camp du Français.

Platini, en cas de lourde peine, peut saisir directement le Tribunal arbitral du sport (TAS), juridiction suprême à Lausanne, sans passer par la case appel à la Fifa, car le temps presse en vue de l'élection. Mais pour cela, il faudrait que la Fifa soit d'accord. "Je ne comprends pas quel serait l'intérêt de la Fifa de donner son accord pour une procédure directe", a exposé un connaisseur du dossier à l'AFP.

Les commentaires sont fermés.