1528DEDI
topblog Ivoire blogs

03 décembre 2015

Fifa: "Les évènements montrent la nécessité des réformes", déclare Hayatou

 

media
Issa Hayatou, le 20 octobre 2015 à ZurichFIFA/AFP/Archives
 

Les arrestations de deux des vice-présidents de la Fifa à Zurich "montrent la nécessité des réformes" à appliquer au sein de l'instance suprême du foot mondial, a indiqué son président intérimaire Issa Hayatou, jeudi devant la presse.

"La Fifa traverse une crise majeure, mais cette crise est une opportunité unique pour amorcer le changement et débuter une nouvelle ère", a renchéri François Carrard, président de la commission des réformes de la Fifa.

Ce dernier a pris la parole après M. Hayatou à l'issue des travaux du comité exécutif de l'instance suprême du foot, maintenus en dépit de l'opération policière.

Six mois après un premier coup de filet pour des soupçons de corruption, deux autres hauts responsables de la Fifa ont été interpellés jeudi à l'aube à Zurich à la demande des Etats-Unis, nouvelle réplique d'un séisme qui n'en finit pas d'ébranler l'instance suprême du football mondial.

 
 

Le Comité exécutif de la Fifa, soit le gouvernement mondial du foot, a ainsi approuvé jeudi "à l'unanimité" un programme de réformes qui prévoit notamment une limitation à 12 ans des mandats cumulés du président et des membres du Comité exécutif.

Ce programme de réformes visant à restaurer la crédibilité de l'institution doit encore être soumis au vote des 209 fédérations lors du congrès extraordinaire du 26 février. Il prévoit également un contrôle renforcé de l'intégrité des membres du Comité exécutif et un rééquilibrage des pouvoirs du gouvernement de la Fifa.

Mais les réformes approuvée jeudi ont été éclipsées par un nouveau volet d'interpellations qui visent les dirigeants de la Fifa. Les responsables arrêtés jeudi dans un hôtel de luxe à Zurich sont deux vice-présidents de l'instance, membres du Comité exécutif: le Paraguayen Juan Angel Napout et le Hondurien Alfredo Hawit Banegas, a indiqué l'Office fédéral de la justice suisse (OFJ). Ils s'opposent à leur extradition vers les Etats-Unis.

AFP

Les commentaires sont fermés.