1528DEDI
topblog Ivoire blogs

16 novembre 2015

Attentats de Paris: le monde du sport sous le choc

 

mediaSupporters sur la pelouse du Stade de France après le match amical entre la France et l'Allemagne, le 13 novembre 2015AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Les attentats à Paris de ce 13 novembre ne laissent pas le monde du sport indifférent. De Didier Drogba à André Ayew en passant par Usain Bolt, LeBron James et Thierry Henry... les grands noms du sport ont apporté le soutien aux centaines de victimes.

Il n'y aura pas de matches, ce week-end, en France. Pas de football, pas de basket-ball, pas de courses hippiques, pas de rugby... L'Etat français en effet a suspendu toutes les compétitions sportives prévues samedi et dimanche. La faute à la bêtise humaine et à ses attentats du 13 novembre à Paris, qui ont fait plus de 120 morts.

Les réactions n'ont pas tardé, y compris dans le monde du sport. Le footballeur Antoine Griezmann a notamment fait part de son émotion après le match entre la France et l'Allemagne, sa soeur étant présente au Bataclan.

 Mais l'international français n'est pas le seul à exprimer son désarroi. Le basketteur Nicolas Batum s'est montré très touché par ces attentats. «Je ne pouvais pas y croire. C’était comme un film ou quoi, parce que c’était trop fou pour y croire », a-t-il commenté après la défaite de ses Hornets face aux Chicago Bulls (102-97). «On m’a dit que c’était la guerre à Paris. L’armée est dehors. C’est aussi dur de voir les chiffres. Avant le match, il y avait 40 morts. Et après, 120. Mais on est forts et costauds, et on va s’en sortir. On va rester forts et ils ne nous auront pas. »

Même son de cloche pour Joakim Noah, qui a grandi en région parisienne: « C’est très triste ce qui nous arrive. Beaucoup de gens sont morts sans raison. On ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé. J’ai appelé ma famille avant le match, pour m’assurer que tout allait bien. »

Si le golfeur Grégory Bourdy a évolué tout en noir au Shanghai Masters, LeBron James a lui aussi exprimé sa douleur, assurant, comme l'ex-footballeur Thierry Henry, que ses pensées allaient "aux victimes".

 A l'étranger aussi, les sportifs avaient un oeil tourné vers Paris, à l'image d'un Usain Bolt « attristé ». Le tennisman Rafael Nadal s'est, lui, dit « anéanti par ce qu'il s'est passé » tandis que le champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton demandait à ses followers de « prier avec » lui.

L'Ivoirien Didier Drogba assurait lui être « de tout coeur » avec les Parisiens tandis que le Ghanéen André Ayew a tweeté une photo de soutien. Tout comme le Marocain Mehdi Benatia, qui s'insurge.

 Enfin, certains ont vécu l'événement de l'intérieur. Le défenseur anglais Martin Kelly (Crystal Palace) a, par exemple, passé le week-end à Paris. Son club a rassuré tout le monde samedi matin en assurant que le joueur de 25 ans était sain et sauf. L'ancien rugbyman Serge Simon a  ainsi raconté la tragédie vécue au plus près rue Bichat, dans le Xe arrondissement de la capitale, où douze personnes sont tombées sous les balles.

« Je suis chez des amis qui habitent rue Bichat, juste au-dessus du restaurant Le Petit Cambodge et du Carillon, qui ont été attaqués. Il y a eu des coups de feu. Ça pétaradait. On ne savait pas, on pensait même que c’était des pétards. On est sortis sur le balcon », explique l’ex-pilier de l'équipe de France, spectateur alors d’une fusillade en pleine rue. « Il y avait une voiture arrêtée, avec un individu. Ils devaient être plusieurs. L’ami chez qui je suis en a vu trois. Moi, j’en ai vu un qui a vidé son chargeur sur Le Petit Cambodge, à bout portant sur les gens. (...)Après, ils sont remontés sur la voiture et ils sont repartis, dans une voiture noire, laissant derrière eux une scène de guerre. On est allés essayer d’aider les gens. C’était compliqué. C’est une scène de guerre, un carnage. Des pompiers étaient en train d’intervenir un peu plus loin, par hasard. Ils se sont fait tirer dessus aussi. »

rfi

Les commentaires sont fermés.