1528DEDI
topblog Ivoire blogs

24 juillet 2015

Fifa: Platini a-t-il besoin de l’Afrique?

 

mediaPrésident de l'Union européenne des associations de football (UEFA) depuis 2007, Michel Platini a à 60 ans toutes les chances de devenir le prochain patron du football mondial.

S’il n’a pas encore annoncé son intention de briguer la présidence de la Fédération internationale de football (Fifa), le Français Michel Platini apparaît comme le grand favori du scrutin qui se tiendra le 26 février 2016. Avec ou sans le soutien des fédérations africaines.

« Je souhaite le meilleur à tous les candidats, et aussi à Michel Platini ». Joseph Blatter a délivré ce lundi un cadeau d’adieu d’un goût douteux au patron de l’UEFA Michel Platini. Un petit clin d’œil en passant pour mieux savonner la planche de son vieil ami devenu son principal opposant.

A l’issue de la réunion du comité exécutif de la Fifa, son patron avait convoqué une conférence de presse pour annoncer la tenue le 26 février 2016 du « congrès électif extraordinaire » qui devra désigner son successeur. Car c’est l’autre information de la journée d’hier : le Suisse ne sera pas candidat. « Je ne serai pas candidat le 26 février, il y aura l'élection d'un nouveau président », a-t-il assuré.

La saillie caustique adressée à l’ancien numéro 10 des Bleus intervient alors que ce dernier n’a pas encore annoncé son intention de briguer le poste. « Il réfléchit sérieusement à se porter candidat », affirme une source proche du Français citée par l’AFP. Et même s’il préfère s’éviter une longue campagne, Platini « sait qu'il doit prendre une décision rapidement pour fermer la porte à d'autres éventuels challengers. Il prendra sa décision dans les deux prochaines semaines », ajoute-t-elle.

Le soutien de quatre confédérations sur six

 

Les postulants ont jusqu’au 26 octobre pour se déclarer. Pour l’heure, seul trois aspirants se sont fait connaître : Zico, légende brésilienne du ballon rond, Musa Hassan Bility, président de la Fédération libérienne de football et le prince jordanien Ali Bin Al Hussein. Ce dernier, unique adversaire de Joseph Blatter lors du précédent scrutin, a fait savoir qu’il était « disponible ». Mais sa candidature a perdu en crédibilité depuis qu’il s’est retiré entre les deux tours de la dernière élection.

Des outsiders donc, qui ne semblent pas en mesure d’inquiéter le triple Ballon d’Or. L’ex-meneur de l’équipe de France bénéficierait du soutien de quatre des six confédérations régionales, à l'exception de l’Océanie et de la Confédération africaine (CAF). Dans ces conditions, « Platoche » semble pouvoir se passer des Fédérations africaines. Alliés traditionnels de Blatter, les dirigeants du football africain vont-ils jeter leur dévolu sur le nouveau favori ? Cela semble l’option la plus judicieuse. Interrogé sur l'antenne de RFI en juin dernier, le président de la CAF Issa Hayatou avait exclu une candidature personnelle et souhaité « bonne chance » à Michel Platini. Sans arrière pensée.

rfi

Coupe du monde 2018: tirage au sort, mode d'emploi

 

mediaLe trophée du vainqueur de la Coupe du monde, le 25 juillet à Saint-Pétersbourg, avant le tirage au sort du Mondial 2018 en Russie.MARCUS BRANDT/DPA

Le monde du football aura les yeux tournés vers Saint-Pétersbourg, ce samedi 25 juillet, à l'occasion du tirage au sort de la Coupe du monde 2018, organisée par la Russie. RFI vous explique, confédération par confédération, les enjeux de ce moment important pour le Landerneau du ballon rond.

Il y aura du beau monde, ce samedi 25 juillet pour le tirage au sort préliminaire de la Coupe du monde 2018. Samuel Eto'o (Cameroun), Diego Forlan (Uruguay), Fabio Cannavaro (Italie), Oliver Bierhoff (Allemagne) ou Ronaldo (Brésil) sont ainsi attendus à Saint-Pétersbourg.

À 18 heures, heure locale (17 heures CET), tous les regards de la planète football seront braqués sur la Russie pour le coup d'envoi d'une grande soirée, à l'issue de laquelle les équipes en lice pour une place en phase finale de l'édition 2018 de l'épreuve suprême seront fixées sur leur sort. Seule la Confédération asiatique n'est pas concernée par cet événement, sa campagne préliminaire ayant d'ores et déjà débuté.

Vladimir Poutine ouvrira le bal, avant un discours de Sepp Blatter, le controversé président de la FIFA. Cet évènement sera diffusé dans 164 pays pour une audience globale espérée de 94,8 millions de personnes.

UEFA (52 engagés, 13 places): la France et l'Italie, pas têtes de série

La Russie étant qualifiée en tant qu'organisateur, les 52 nations restantes sont divisées en neuf groupes de six et cinq nations. Les vainqueurs de chaque groupe valident leur billet pour la Coupe du monde. Les huit meilleurs deuxièmes sont qualifiés pour les barrages.

Ce vendredi, la FIFA a officialisé les têtes de série pour la phase de poules. Deux anciens champions du monde, la France (1998) et l'Italie (1934, 1938, 1982 et 2006), se retrouvent dans le chapeau numéro deux alors que le pays de Galles, qui ne compte qu'une seule participation, sera protégé.

Pot 1: Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Angleterre, pays de Galles, Espagne, Croatie.
Pot 2: Slovaquie, Autriche, Italie, Suisse, République Tchèque, France, Islande, Danemark, Bosnie.
Pot 3: Ukraine, Ecosse, Pologne, Hongrie, Suède, Albanie, Irlande, Serbie, Grèce
Pot 4: Turquie, Slovénie, Israël, Eire, Norvège, Bulgarie, Iles Féroé, Monténégro, Estonie
Pot 5: Chypre, Lettonie, Arménie, Finlande, Belarus, Macédoine, Azerbaïdjan, Lituanie, Moldavie
Pot 6: Kazakhstan, Luxembourg, Liechtenstein, Géorgie, Malte, San Marin, Andorre

Le premier tour débute en septembre 2016.

CAF (54 engagés, 5 places): un long chemin de croix

Deux tours préliminaires, dont le premier est concerné par le tirage de samedi, permettront de ramener le nombre d'équipes participantes à vingt. Ces vingt nations sont divisées en cinq groupes de quatre équipes. Les vainqueurs de chaque groupe sont qualifiées pour la Coupe du monde 2018.

Les 26 équipes qui participeront au premier tour : Djibouti, Somalie, Erythrée, Soudan du Sud, Sao Tomé e Principe, Comores, Seychelles, Maurice, Tchad, Centrafrique, Liberia, Gambie, Tanzanie, Swaziland, Guinée-Bissau, Lesotho, Burundi, Mauritanie, Madagascar, Botswana, Kenya, Namibie, Sierra Leone, Malawi, Ethiopie, Niger.

Lors du tirage au sort qui se tiendra le 25 juillet, ces 26 équipes seront réparties en deux chapeaux dont voici la composition : 
Chapeau 1 : Niger, Ethiopie, Malawi, Sierra Leone, Namibie, Kenya, Botswana, Madagascar, Mauritanie, Burundi, Lesotho, Guinée-Bissau, Swaziland.
Chapeau 2 : Tanzanie, Gambie, Liberia, Centrafrique, Tchad, Maurice, Seychelles, Comores, Sao Tomé-et-Principe, Sud Soudan, Erythrée, Somalie, Djibouti.

Les 27 équipes directement qualifiées pour le deuxième tour : Algérie, Côte d’Ivoire, Ghana, Tunisie, Sénégal, Cameroun, Congo, Cap-Vert, Egypte, Nigeria, Guinée, RD Congo, Mali, Guinée équatoriale, Gabon, Afrique du Sud, Zambie, Burkina Faso, Ouganda, Rwanda, Togo, Maroc, Soudan, Angola, Mozambique, Bénin, Libye.

Le premier tour débutera en octobre.

CONMEBOL (10 engagés, 4 ou 5 places): on prend les mêmes...

Comme à chaque édition de la Coupe du monde, que le Brésil n'a jamais raté, la confédération sud-américaine opte pour la même formule pour désigner les qualifiés. Une poule unique, en matches aller-retour, dont les quatres premiers auront en main un billet pour la Russie. Le cinquième est qualifié pour un match de barrage inter-continental.

Contrairement aux années précédentes, où les rencontres était pré-déterminées, l'ordre des matches sera décidé à Saint-Pétersbourg.

La poule unique débute en septembre.

CONCACAF (35 engagés, 3 ou 4 places): déjà des éliminations

Trois tours d'écrémage réduisent le contingent de vingt-trois à six. Ces six survivants rejoignent les six meilleures équipes au classement FIFA pour être divisés en trois groupes de quatre. Les vainqueurs de chaque poule ainsi que les deux meilleurs deuxièmes poursuivent leur route. Les six nations restantes sont réunies dans une poule unique, qui enverra trois équipes en Russie. Le 4e de la poule est qualifié pour un match de barrage inter-continental qualificatif pour le Mondial.

Le tirage au sort concerne le troisième tour, lorsque la Jamaïque et Haïti rejoignent les dix vainqueurs du tour précédent.

Le troisième tour débute en août.

AFC (46 engagés, 4 ou 5 places): le tirage effectué en 2014

Le comité exécutif de la zone asiatique s'est regroupé le 16 avril 2014. Au premier tour, les douze équipes les moins bien classées par la FIFA s'affrontent en matches à élimination directe afin d'arriver à 40 équipes encore en course. Viennent ensuite deux phases de poules (huit groupes de cinq puis deux groupes de six) qui offrent quatre billets pour la Coupe du monde 2018. Les deux troisièmes de la dernière phase de poules s'affrontent pour une place en barrage intercontinental.

Le deuxième tour a débuté au mois de juin.

OFC (11 engagés, 0 ou 1 place): la Nouvelle-Zélande sereine

La Coupe d'Océanie des nations 2016 va servir en même temps d'éliminatoires pour le Mondial russe. Le vainqueur de ce tournoi, qui sera aussi qualifié pour la Coupe des confédérations 2017, aura validé son billet pour un barrage intercontinental, dont le vainqueur est qualifié pour la Coupe du monde 2018. Avant d'en arriver là, les équipes océaniennes les moins bien placées au classement FIFA s'affrontent dans un groupe unique qui ne qualifiera qu'une seule nation pour le prochain tour. Le vainqueur de ce premier tour rejoint sept autres équipes pour être répartis en deux groupe de quatre. Les deux premiers se qualifient pour une poule unique dont le vainqueur rejoindra les barrages.

Le premier tour débute en août.

Barrages: deux places à prendre

Les barragistes des confédérations d'Asie, d'Amérique du Sud, d'Océanie et d'Amérique du Nord seront également répartis lors du tirage au sort de Saint-Pétersbourg.

Les matches de barrage sont prévus pour novembre 2016.

rfi

20 juillet 2015

Encadrement des Eléphants: Michel Dussuyer nouveau sélectionneur

L'ex- entraîneur du Sily national de Guinée a été retenu comme nouveau sélectionneur des Eléphants de Côte d'Ivoire cet après midi par le comité exécutif de la FIF (Fédération Ivoirienne de Football) à son Siège.

Il a fallu environs un mois à la Fédération Ivoirienne de Football pour trouver un remplaçant à Hervé Renard parti à Lille après le sacre de Bata. Le choix de la fif s'est finalement porté sur l'ancien coach de la Guinée, Michel Dussuyer. Il a été préféré à Frédérick Antonétti qui selons certaines indiscrétions ne voulait pas résider en Côte d'ivoire comme l'exigeait la FIF. Dussuyer aura pour première mission de qualifier les champions d'Afrique 2015 à la prochaine CAN qui se disputera au Gabon en janvier 2017. Il sera à Abidjan dans les prochains jours pour parapher un contra de 2 ans.

Roger DEDI