1528DEDI
topblog Ivoire blogs

16 juin 2015

Paris truqués: les frères Karabatic devant la justice

 

mediaLe handballeur français Nikola Karabatic.AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Ce lundi matin s’est ouvert, à Montpellier, le procès de 16 personnes, dont les frères Karabatic, stars du handball français, et leurs compagnes, accusées d'escroquerie et de complicité surtout des paris pris sur le score à la mi-temps du match Cesson-Montpellier du 12 mai 2012. Les audiences ne commenceront que demain. Pour Nikola et Luka Karabatic, cela se passera mercredi après-midi.

Drôle de constat ce 16 mai 2012 à la Française des jeux. Quatre jours auparavant, Cesson-Montpellier, un match entre une équipe déjà championne et un adversaire en lutte pour sa survie, génère près de 105 000 euros de paris, 35 fois plus que la moyenne habituelle sur ce type de rencontre.

Tout aussi étonnant, l’immense majorité des sommes jouées se fait sur un avantage pour Cesson à la pause. Domination vérifiée, 15 à 12, mais intrigante pour les experts judiciaires, mêmes si les Montpelliérains jouaient sans plusieurs de leurs joueurs cadres et sans aucune pression.

La suspicion est alimentée par une importante prise de paris le matin même du match, en seulement cinquante minutes, et de manière à rester anonyme dans deux établissements parisiens où Luka Karabatic et sa compagne ont été reconnus, ainsi qu’à Montpellier, Rennes et leurs environs où se trouvaient des joueurs et leurs proches.

Téléchargement et trous de mémoire

Les enquêteurs soupçonnent le demi-centre Mladen Bojinovic, décrit comme un parieur de longue date, d’avoir donné le top départ de l’opération qui aurait rapporté au total plus de 255 000 euros. Nikola Karabatic, lui, n’a pas joué la rencontre et nie tout pari personnel, tout en reconnaissant ceux de son amie Géraldine Pillet.

Mais il va devoir expliquer le téléchargement sur son smartphone, la veille du match, d’une application pour surveiller la cote du résultat surprise. Il doit aussi remplir quelques trous de mémoire laissés sur sa version des faits. Les seize prévenus sont poursuivis pour « escroquerie » ou « complicité d’escroquerie ». Ils encourent cinq ans de prison et 375.000 euros d’amende.

« On va entendre sérieusement ce qui va se dire et on fera valoir notre préjudice puisque comme je le rappelle souvent, si le club va bien aujourd’hui, c’est une affaire qui aurait pu le faire disparaître, a déclaré ce matin le président de Montpellier et partie civile, Rémy Lévy. Le tout, c’est de refermer la plaie assez rapidement mais la cicatrice restera bien sûr. »

« On est contents que ça commence, sereins, affirmait de son côté Nikola Karabatic, désormais joueur au FC Barcelone. Comme je l’ai dit, je ferai des déclarations à la fin quand tout sera terminé. » Les audiences sont prévues jusqu’au 26 juin.

rfi

Les commentaires sont fermés.