1528DEDI
topblog Ivoire blogs

17 mars 2015

Foot: pourquoi Arsenal n’y arrive pas en Ligue des champions

 

mediaL'entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger, dépité après une défaite à domicile contre Monaco, en Ligue des champions.Reuters / Eddie Keogh

Arsenal joue sa place en quarts de finale de la Ligue des champions de football, ce 17 mars à Monaco. Le club anglais est en mauvaise posture après sa défaite 3-1 en huitième de finale aller. Les Londoniens jouent leur réputation sur ce match retour. Ils multiplient en effet les échecs en coupes d’Europe depuis huit ans. Voici en partie pourquoi.

Arsenal va-t-il manquer les quarts de finale de la Ligue des champions de football pour la cinquième fois de suite ? Le club anglais est au bord de l’élimination en huitièmes de finale. Battus 3-1 à domicile, les Gunners doivent gagner nettement à Monaco, ce 17 mars, s’ils veulent éviter un nouvel échec cuisant en coupe d’Europe.

En effet, leur bilan sur la scène européenne est décevant depuis qu’Arsène Wenger est devenu entraîneur d’Arsenal, en 1996. Les Londoniens n’ont atteint le dernier carré de la Ligue des champions que deux fois au cours des seize dernières éditions, dont la finale en 2006. Voici quelques explications.

Une vision du jeu (trop ?) idéaliste

Arsenal pratique un beau football, conformément à la philosophie de son entraîneur Arsène Wenger. Les lignes directrices restent les mêmes chaque année, avec un jeu offensif et rapide, fait de passes courtes et de pressing haut lorsque l’adversaire a le ballon… Une stratégie risquée en Ligue des champions, où la moindre erreur se paie presque systématiquement.

Le Français veut que son équipe joue bien, quitte à « mourir » avec ses idées. Or, gagner avec la manière est possible. Mais pour cela, il faut disposer de joueurs hors-norme et, si possible, en grand nombre.

 

Un manque de grands joueurs

Le dernier grand joueur à avoir porté le maillot d’Arsenal est Robin Van Persie. Le Néerlandais est parti à Manchester United en 2012. L’avant-centre a été remplacé par Olivier Giroud, cette année-là. Le Français est un excellent attaquant. Mais il n’est pas un buteur d’exception comme l’était son compatriote Thierry Henry.

Henry, qui a évolué à Arsenal de 1997 à 2007 puis en 2012, est d’ailleurs le premier et le dernier « Gunner » à avoir figuré parmi les trois finalistes pour le Ballon d’Or, la plus prestigieuse distinction individuelle pour un footballeur. C’était en 2003 et 2006.

La fuite des talents

Thierry Henry est parti au FC Barcelone en 2007, tout comme le milieu de terrain Cesc Fabregas en 2011. Les meilleurs éléments finissent par quitter Arsenal, lassés notamment des performances décevantes en Ligue des champions. Ce qui n’aide, évidemment, pas les Gunners à briller en coupe d’Europe.

Pire : le club londonien ressemble désormais davantage à un tremplin vers des équipes plus en réussite et plus dispendieuses comme Manchester City. Ainsi, en l’espace de quelques saisons, Arsenal a laissé filer l’Ivoirien Kolo Touré (2009), le Togolais Emmanuel Adebayor (2009), les Français Gaël Clichy (2011), Samir Nasri (2011), Bacary Sagna (2014).

Un recrutement parfois hasardeux

Pour remplacer les partants, Arsenal a parfois fait quelques erreurs de casting, en intégrant par exemple le Marocain Marouane Chamakh, le Sud-Coréen Park Chu-Young ou l’Ivoirien Gervinho… Arsène Wenger recrute énormément de jeunes joueurs, notamment en France. Une stratégie qui a montré ses limites. La Ligue des champions requiert en effet de l’expérience.

Arsenal a également misé sur de jeunes joueurs talentueux mais un peu en perte de vitesse dans des clubs plus huppés, comme l’Anglais Danny Welbeck venu de Manchester United, le Chilien Alexis Sanchez parti du FC Barcelone, ou l’Allemand Mesut Özil transféré du Real Madrid.

Pas de démesure sur le marché des transferts

Pour recruter Özil, Arsenal a ainsi déboursé 50 millions d’euros, un record pour les Gunners. Jusqu’alors, les Londoniens avaient acquis une réputation de « radins », préférant miser sur des joueurs pas cher.

Pendant plusieurs années, Arsenal a dû composer avec le coût très élevé de construction de son nouveau stade, l’Emirates stadium (390 millions de livres). Jusqu’à lasser ses propres supporters, mécontents de payer les abonnements annuels les plus chers d’Europe (au moins 1.200 euros). « Spend your fucking money ! » avaient chanté les fans à l’adresse de Wenger, en 2011. « Dépense ton put… d’argent ! » Une colère bien compréhensible : pour suivre la saison du champion d’Europe, le Real Madrid, les Madrilènes ont dû payer leur abonnement au moins 350 euros. Soit trois fois moins cher que les supporters d'Arsenal.

rfi,David Kalfa

Les commentaires sont fermés.