1528DEDI
topblog Ivoire blogs

21 janvier 2015

David Trezeguet, une légende à la retrait

 

mediaAvec l'équipe de France, David Trezeguet a remporté la Coupe du monde 1998 ainsi que l'Euro 2000 avant d'échouer en finale du Mondial 2006.AFP PHOTO / ADRIAN DENNIS
 

Après Thierry Henry en fin d'année 2013, un autre champion du monde 1998 tricolore prend sa retraite. A 37 ans, David Trezeguet a décidé de raccrocher ses crampons après une riche carrière, deux titres avec les Bleus et de multiples distinctions. Sans oublier, une frappe exceptionnelle en finale de l'Euro 2000...

Personne n’oubliera ce fameux 2 juillet 2000 et cette volée limpide, du pied gauche. Depuis longtemps, la nuit s’était couchée sur Rotterdam et le public retient son souffle à la 102e minute d’un irrespirable France-Italie en finale de l’Euro lorsque Robert Pirès déborde sur le côté gauche de la surface adverse. Entré en jeu à la 76e, alors que les Bleus couraient alors après une égalisation, David Trezeguet a d’abord foncé vers Sylvain Wiltord, dans les dernières secondes du temps réglementaire lorsque l’attaquant, qui venait de remplacer Christophe Dugarry au milieu de la seconde période, trompa Francesco Toldo. Le match était relancé alors que les Italiens se congratulaient déjà sur le banc de touche. Avant de s’effronder quelques minutes plus tard…

A quelques instants de la fin de la première mi-temps de la prolongation, Pirès sert parfaitement le buteur de l’AS Monaco qui peut fusiller Toldo avant d’enlever son maillot et d’hurler sa joie. Inoubliable. Après la Coupe du monde 1998, les Bleus décrochent un fantastique et inédit doublé, propulsant cette génération dans l’Histoire du football. La légende de « Trezegol » débutait.

 

David Trezeguet lors de son passage à River Plate entre 2012 et 2013.DR

Une histoire tourmentée avec l’équipe de France

Né à Rouen le 15 octobre 1977, l’homme aux 71 sélections et 34 buts avec l’équipe de France aurait pourtant pu vivre un tout autre destin. A la fin des années 70, ses parents, Argentins, retournent vivre en Amérique du Sud et le petit Trezeguet touche ses premiers ballons dans un club de la banlieue de Buenos Aires. A des milliers de kilomètres de l’AS Monaco qui le signe finalement comme stagiaire en 1995, après un premier essai avorté au PSG. « Mon objectif était d'aller en France, sans trop penser à ce que j'allais y trouver, confiait l’intéressé en 2012 au site de la FIFA. Mes parents ici avaient un bon travail, ma sœur allait à l'école. Nous étions bien et nous ne manquions de rien. Quand vous avez la volonté, même sans trop réfléchir, cela produit parfois des choses positives. Mon expérience là-bas a été unique : je suis arrivé dans un club important, Monaco, qui m'a fait grandir de manière extraordinaire ».

Au bord de la Méditerranée, le môme va rapidement faire oublier Sonny Anderson, parti à Barcelone à l’été 1997. Associé à Thierry Henry, le Franco-Argentin marque les esprits par son adresse face au but et son froid réalisme. Dès sa première année en tant que titulaire, ses statistiques impressionnent : 18 buts en 27 matchs de championnat, 4 buts en 9 rencontres de Ligue des Champions. A seulement 20 ans…

Un retour dans le staff de la Juventus ?

Invité surprise de la liste d’Aimé Jacquet pour le Mondial tricolore, Trezeguet continue sur sa lancée et ne tremble pas lors de la séance de tirs au but face à l’Italie en quart de finale. Avant de vivre un dénouement merveilleux deux ans plus tard aux Pays-Bas. Avec les Bleus, l’aventure ne fut pourtant pas toujours heureuse. Barré par Thierry Henry à la pointe de l’attaque, le meilleur buteur étranger de l’histoire de la Juventus Turin (171 buts entre 2000 et 2010) va vivre une série de hauts et de bas, ponctuée par un tir au but manqué en finale du Mondial 2006, qui trouvera la transversale de Gianluigi Buffon, son coéquipier en club.

Comme Thierry Henry il y a quelques semaines, David Trezeguet a donc décidé de raccrocher ses crampons à 37 ans après un retour en Argentine, à River Plate notamment, et un dernier passage par le lucratif et nouveau championnat indien, à l’instar d’autres anciennes gloires tricolores (Nicolas Anelka et Robert Pirès). Son avenir ? Il se dessine vraisemblablement dans le football. Après avoir refusé des offres de Majorque notamment (D2 espagnole), l’ex-Bianconero pourrait retrouver son club de cœur et rejoindre le staff du dernier champion d’Italie. Un pays qui n’oubliera jamais, lui non plus, cette sublime volée lors d’une chaude soirée endiablée de juillet 2000…

rfi,Romain Schué

Les commentaires sont fermés.