1528DEDI
topblog Ivoire blogs

14 janvier 2015

Claude Le Roy (Congo): «Je ne ferai aucun cadeau à l'organisation»

 

mediaClaude Le Roy, sélectionneur du Congo.(Photo : AFP)
 

Claude Le Roy, sélectionneur du Congo, aborde la CAN-2015 de façon paradoxale. Entraîneur sur- expérimenté, il conduit une équipe qui, elle, part totalement dans l’inconnu, et cela d'autant plus que les conditions d’organisation s’annoncent difficiles. Entretien musclé à quatre jours du match d’ouverture face au pays organisateur, la Guinée Equatoriale.

RFI: Comment abordez-vous cette CAN-2015 à la tète de la sélection congolaise ?

Claude Le Roy: Ce qui m’intéresse, c’est le football offensif. Je ne me suis jamais trop préoccupé d’additionner les défenseurs, mais plutôt d’avoir une équipe tournée vers l’attaque. Mais cela dépend aussi de l’adversaire. Si on tombe sur plus fort que nous, bien évidemment, on sera condamné à défendre.

Quels sont les caractéristiques de votre équipe ?

Ce qui caractérise l’équipe, c’est son inexpérience, puisqu’on est la seule équipe de la compétition qui compte vingt-trois joueurs qui vont découvrir pour la première fois une Coupe d’Afrique des nations. Or rien ne remplace l’expérience du très haut niveau. Il va falloir essayer de compenser notre inexpérience par un enthousiasme formidable, par une volonté de se dépasser.

Pensez-vous justement que vos joueurs pourront dépasser leurs limites une nouvelle fois ?

J’ai un groupe qui a cette qualité. On n’était pas favoris en éliminatoires avec le Nigeria et l’Afrique du Sud face à nous. On s’en est sortis. On est les petits derniers du groupe A, même les petits derniers de la CAN, mais on va essayer de créer l’exploit. Notre rêve serait d’aller en quart de finale.

Comment se prépare cette CAN du point de vue de l’organisation ?

Dès hier, on a reçu un mail des organisateurs disant qu’il fallait revoir les programmes d’entraînement parce qu’un terrain était indisponible. Si un matin les terrains d’entraînement sont indisponibles, je crains le pire. En tout cas, je ne ferai aucun cadeau s’il y a de grosses fautes d’organisation. J’entends des gens très tolérants ou très laxistes dire « il fait se mettre à la place des Equato-Guinéens ». Non ! Ils ont voulu l’organiser, qu’ils assument !

Qu’espérez-vous en termes d’installations ?

Il y a quatre points importants pour les joueurs. Ce sont des conditions de transport de qualité, une hôtellerie de qualité pour la restauration et surtout le sommeil, un bon terrain d’entraînement et un bon terrain de jeu. Pour le reste, que ce ne soit pas du 5 étoiles, ce n’est pas grave. Quand on voit que les officiels sont toujours dans les grands hôtels au détriment des joueurs… Or ceux qui font la compétition, ce sont les joueurs, pas les officiels.

rfi,Annie gasnier

Les commentaires sont fermés.