1528DEDI
topblog Ivoire blogs

12 janvier 2015

Al Ahly a retrouvé Al Masry trois ans après la mort de 72 supporteurs

 

mediaLes forces de sécurité ont pris place autour du stade El-Gouna de Hurghada avant le match Al Ahly - Al Masry.REUTERS/Amr Abdallah Dalsh
    Trois ans après les violences qui avaient entraîné la mort de 72 personnes lors d’un match en Egypte entre Al Ahly et Al Masry, ces deux équipes se sont retrouvées pour la première fois. La rencontre s’est jouée à huis clos dans un climat tendu alors que les autorités égyptiennes s’apprêtent à autoriser de nouveau les supporteurs dans les stades.

Près de trois ans après leur dernier affrontement, qui avait été le théâtre de heurts sanglants ayant fait 72 morts, les équipes égyptiennes d’Al Ahly et d’Al Masry se sont retrouvées pour la première fois, samedi 10 janvier. Le match s’est déroulé à huis clos, dans le stade d’El-Gouna, une localité située sur le bord de la Mer morte.

La rencontre, soldée par une marque nulle, s’est déroulée dans un climat tendu. Alors que des soldats armés de pistolets-mitrailleurs et vêtus de gilets pare-balles protégeaient l’arrivée des deux équipes, d’autres prenaient place à l’intérieur du stade vide.

 

 

Vêtus d’un tee-shirt noir en mémoire des victimes des violences de 2012 lors de la traditionnelle photo d’avant-match, les joueurs d’Al Ahly ont déployé une banderole où était écrit « Nos martyrs sont toujours dans nos cœurs » et ont refusé de saluer leurs adversaires.

Appel au boycott

Les familles des supporteurs tués en 2012 avaient appelé à un boycott du match, mais la direction d'Al-Ahly a décidé de maintenir la rencontre.

Depuis 2012, la première division égyptienne a été divisée en deux groupes afin d’éviter que les deux clubs aient à se rencontre, sauf dans l'éventualité d'une finale, cas qui ne s'est jamais produit. Pour la saison 2015, la compétition ne compte plus qu’un groupe, ce qui a entraîné l'organisation du match de samedi.

Le 1er février 2012, à Port Saïd, 72 supporteurs d'Al Ahly avaient été tués à la fin du match joué à domicile par Al Masry. Les échauffourées, considérées comme les plus meurtrières de l'histoire des sports en Egypte, ont très souvent été attribuées à des partisans de l'ancien président Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par un soulèvement populaire début 2011.

Depuis ces violences, les supporteurs ont été bannis des matchs de première division en Egypte. Une interdiction que les autorités s’apprêtent à lever partiellement.

AFP,Jean-Damien Lesay

Les commentaires sont fermés.