1528DEDI
topblog Ivoire blogs

17 décembre 2014

Football: Après avoir tout gagné, Thierry Henry prend sa retraite

 

mediaEn 2012, Thierry Henry effectue un bref retour en prêt à Arsenal. Pour sa première entrée en jeu, il marque avec sa «spéciale», le 9 janvier.AFP PHOTO/IAN KINGTON
 

La nouvelle était attendue depuis plusieurs semaines. Elle est désormais officielle : Thierry Henry prend sa retraite. A 37 ans, la légende d'Arsenal, meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France, dit « stop » après 20 ans de carrière. Il l'a annoncé sur Facebook. Clap de fin pour l'un de ces joueurs français qui a tout gagné.

Thierry Henry, c'est d'abord cette « spéciale » réussie tant de fois sous les couleurs d'Arsenal au cœur des années 2000 : lancé en profondeur, le buteur français déboulait sur le côté gauche avant d'ajuster le gardien adverse d'un plat du pied enroulé ou à raz de terre du pied droit. Une signature pour un joueur adulé dans le nord de Londres. Et pour cause : 228 buts en 377 rencontres, meilleur buteur de l'histoire du club, capitaine emblématique.

Hors sélection nationale, c'est en effet surtout à Arsenal que Thierry Henry écrira sa légende. Il y reste huit ans, numéro 14 sur le dos, après des années de formation à Monaco (premier match en 1994, deuxième meilleur buteur de la coupe UEFA et champion de France en 1997) et un passage raté de sept mois à la Juventus Turin (il y gagne tout de même la Coupe Intertoto).

C'est donc en changeant de camp qu'il parvient enfin à soulever la « coupe aux grandes oreilles », aux côtés du jeune Messi, accompagné de Xavi, Iniesta et autre Eto'o. Sous les ordres de Pep Guardiola, il accepte de quitter l'axe pour revenir sur le flanc de l'attaque, et remporte au-delà de ses espérances un magnifique sextuplé inédit en 2009. En C1, il inscrit six buts malgré son âge et son positionnement.

Exceptionnelle longévité en équipe de France

Bien sûr, l'autre grande histoire de Thierry Henry, c'est évidemment l'équipe de France. Champion du monde 1998 (il a 20 ans), champion d'Europe 2000, vice-champion du monde 2006, il finit de par sa longévité à battre le record du nombre de buts inscrits sous le maillot des Bleus (51), jusqu'ici détenu par Michel Platini (41).

Mais si l'histoire est idyllique, elle a aussi sa part d'ombre : un carton rouge contre l'Uruguay au Mondial raté de 2002, et ce but de la honte, qui qualifie sur le fil la France au Mondial 2010 face à l'Irlande. William Gallas marque le but de la victoire pendant les prolongations, mais le ralenti révèle aussitôt que l'action est entachée d'une main grossière de Thierry Henry.

Le Français vivra le traumatisme de l'Afrique du Sud depuis le banc de touche et ne rejouera plus sous le maillot bleu. Une fin indigne pour un joueur souvent critiqué pour sa personnalité, mais dont la carrière restera comme l'une des plus exceptionnelles du football français. Vétéran, Thierry Henry aura continué d'épater, avec sa classe et ses buts, mais outre-Atlantique.

New York aura donc été son dernier jardin de joueur. En attendant peut-être une autre carrière. Car au-delà de son statut de joueur mythique, le football découvrira peut-être un jour l'érudit du « ballon rond » qui se cache derrière Thierry Henry.

Avec les « gunners », Thierry Henry empile les gestes de classe, les passes, les titres nationaux et surtout les buts. Il s'impose comme l'un des meilleurs joueurs du monde et le digne héritier de Dennis Bergkamp, autre légende londonienne. Lors du dernier match d'Arsenal à Highbury, stade mythique occupé par le club depuis 1913, Thierry Henry inscrit un triplé face à Wigan (4-2) et embrasse la pelouse, le 7 mai 2006. Une statue à son effigie sera dressée devant le nouveau stade d'Arsenal.

Pour gagner l'Europe, il doit quitter le cocon

 

Après l'Angleterre, direction le FC Barcelone en 2007. L'objectif de Thierry Henry à l'époque : enfin rafler la Ligue des champions, dernier titre majeur qui lui échappe (si l'on laisse de côté la coupe UEFA, dont il est finaliste en 2000 mais qu'il ne gagnera pas). Il avait souvent été malheureux dans cette compétition. Le Français avait notamment atteint la finale de l'édition 2006, qu'il perdra face à... Barcelone.

C'est donc en changeant de camp qu'il parvient enfin à soulever la « coupe aux grandes oreilles », aux côtés du jeune Messi, accompagné de Xavi, Iniesta et autre Eto'o. Sous les ordres de Pep Guardiola, il accepte de quitter l'axe pour revenir sur le flanc de l'attaque, et remporte au-delà de ses espérances un magnifique sextuplé inédit en 2009. En C1, il inscrit six buts malgré son âge et son positionnement.

Exceptionnelle longévité en équipe de France

Bien sûr, l'autre grande histoire de Thierry Henry, c'est évidemment l'équipe de France. Champion du monde 1998 (il a 20 ans), champion d'Europe 2000, vice-champion du monde 2006, il finit de par sa longévité à battre le record du nombre de buts inscrits sous le maillot des Bleus (51), jusqu'ici détenu par Michel Platini (41).

Mais si l'histoire est idyllique, elle a aussi sa part d'ombre : un carton rouge contre l'Uruguay au Mondial raté de 2002, et ce but de la honte, qui qualifie sur le fil la France au Mondial 2010 face à l'Irlande. William Gallas marque le but de la victoire pendant les prolongations, mais le ralenti révèle aussitôt que l'action est entachée d'une main grossière de Thierry Henry.

Le Français vivra le traumatisme de l'Afrique du Sud depuis le banc de touche et ne rejouera plus sous le maillot bleu. Une fin indigne pour un joueur souvent critiqué pour sa personnalité, mais dont la carrière restera comme l'une des plus exceptionnelles du football français. Vétéran, Thierry Henry aura continué d'épater, avec sa classe et ses buts, mais outre-Atlantique.

New York aura donc été son dernier jardin de joueur. En attendant peut-être une autre carrière. Car au-delà de son statut de joueur mythique, le football découvrira peut-être un jour l'érudit du « ballon rond » qui se cache derrière Thierry Henry.

rfi

Les commentaires sont fermés.