1528DEDI
topblog Ivoire blogs

01 décembre 2014

Le Mondial 2022 au Qatar fait toujours polémique

 

mediaJoseph Blatter, patron de la FIFA, affirme que le Qatar ne risque pas de se voir retirer l'organisation du Mondial 2022.REUTERS/Hannibal
Il ne se passe pas une semaine sans que le sujet de la Coupe du monde au Qatar ne fasse polémique. Depuis l’attribution de l’édition 2022 à ce petit pays du Golfe, c’est un feu d’artifices de critiques. Aujourd'hui, c'est le patron du football allemand qui demande au Qatar d'améliorer les conditions de travail dans le pays afin de conserver l'organisation du Mondial 2022.

La dernière salve vient du patron du football allemand (DFB), Wolfgang Niersbac, qui estime que la FIFA devrait demander un ultimatum au Qatar pour améliorer les conditions de travail dans le pays afin de conserver l'organisation du Mondial 2022.

Dans une interview donnée à l'hebdomadaire Der Spiegel, Niersbac déclare : « Du point de vue de la DFB, ce serait dans l'intérêt du Qatar de définir une période au terme de laquelle une organisation indépendante telle Amnesty International ou la Confédération syndicale internationale pourrait évaluer les conditions de travail dans les stades de la Coupe du monde. » Selon lui, le Qatar devrait avoir jusqu'à la fin de l'année 2015 pour faire des progrès significatifs dans ce domaine. Niersbach a annoncé vendredi son intention d'être candidat au Comité exécutif de la FIFA, après le retrait en mai de son compatriote et ex-président de la DFB Théo Zwanziger, au risque de perdre son droit d'accueillir le Mondial 2022.

Des changements des conditions de travail annoncés...

Depuis sa désignation, le Qatar est sous pression. En cause : des allégations de corruption dans l'attribution, des conditions de travail sur les chantiers du Mondial et des piètres résultats en matière de droits de l'homme. Au point que le Qatar avait annoncé mi-novembre une nouvelle législation du travail d'ici quelques mois. En mai, le riche émirat, qui héberge 1,6 million de travailleurs étrangers, avait déjà annoncé son intention d'abolir le très controversé système de parrainage (« kafala »), qui met des travailleurs à la merci de leurs employeurs, les empêchant potentiellement de quitter le pays ou de changer d'emploi.

 

Depuis les Philippines, le président de la FIFA Sepp Blatter, a de nouveau affirmé dimanche 30 novembre que le Qatar ne risque pas de se voir retirer l'organisation du Mondial 2022 alors que des nouvelles interrogations sur les conditions d'attribution des compétitions de 2018 et 2022 apparaissent. Pourtant, le journal anglais Sunday Times a affirmé que le comité de candidature britannique pour le Mondial 2018, finalement donné à la Russie, détenait un fichier secret contenant des accusations, non prouvées, d'achats et d'échanges de votes lors de la procédure d'attribution des Mondiaux 2018 et 2022. « Croyez-moi, si nous regardons ce qui a été dit, ce qui se dit dans le monde, tout cela vient de personnes qui ne sont pas vraiment impliquées dans ce qui se passe dans le football », a dit Blatter lors de la cérémonie de remise de prix de la Confédération asiatique de football, à Manille.

rfi

Les commentaires sont fermés.