1528DEDI
topblog Ivoire blogs

21 octobre 2014

Oscar Pistorius, du rêve olympique au cauchemar judiciaire

 

mediaOscar Pistorius salue sa famille avant d'être emmené en prison, le 21 octobre 2014.REUTERS/Herman Verwey/Pool
Après les honneurs et la gloire grâce à ses capacités physiques, Oscar Pistorius est désormais un homme de 27 ans brisé. Mardi 21 octobre, il a été condamné à cinq ans de prison pour avoir tué sa petite amie Reeva Steenkamp de quatre balles, dans la nuit de la Saint-Valentin 2013. Itinéraire d’un sportif pas comme les autres qui dormira désormais derrière les barreaux. 

La vie d'Oscar Pistorius est un roman. Derrière Nelson Mandela, il est le Sud-Africain le plus connu au monde. L’homme qui s'était imposé comme le visage du handisport moderne est désormais en prison. Sa notoriété, il la doit à un combat intense dans le monde de l’athlétisme où il a bousculé les codes et réussit à s’imposer comme le premier athlète handisport à avoir couru aux Jeux olympiques, à Londres en 2012. À l’époque, Oscar Pistorius était devenu une icône mondiale, en courant aux côtés des valides dans la compétition la plus médiatisée.

Amputé à l’âge de 11 ans

Auparavant, celui que l’on surnomme Blade Runner avait été le premier amputé à avoir participé aux championnats du monde. Oscar Pistorius, un athlète qui courrait sur des lames en carbone et survolait les pistes d’athlétisme.

Dans la nuit de la Saint-Valentin 2013, son histoire a basculé. Le sportif amputé des deux jambes qui a fait la fierté de l'Afrique du Sud, et de millions de handicapés dans le monde, a changé de visage en une fraction de seconde. Pourtant, à sa grande époque, les sponsors se sont bousculés pour lui faire signer des contrats. En 2012, le magazine américain Time le classe parmi les cent personnalités les plus influentes au monde.

 

Jeune, beau, riche, admiré et respecté, Oscar Pistorius est désormais ruiné. Il a récemment vendu sa maison, puis sa voiture de luxe. Il lui reste, dernier lien avec sa vie antérieure, la solidarité du clan familial, qui ne l'a jamais lâché depuis la nuit funeste. Une famille et des parents qui ont remué ciel et terre pour que le petit Oscar, né sans péroné et avec des pieds incomplets, puisse vivre une vie des plus normales. Il est amputé à l’âge de 11 ans.

Du rugby à l'athlétisme

Adolescent, Pistorius pratique le sport national en Afrique du Sud : le rugby. Sa mère meurt en 2001 et il trouve dans le sport une façon de s’évader, de noyer son chagrin. En juin 2003, un plaquage le laisse sur le carreau. Un des ses genoux est gravement abîmé. Pour retrouver la motricité de son genou, on lui conseille l’athlétisme. Sa plus belle histoire commence en janvier 2004, date de son premier entraînement avec ses lames. Rapidement, il engrange les résultats. Jusqu’aux Jeux paralympiques d’Athènes, la même année où il remporte la médaille d’or du 200 m et le bronze sur 100 m.

Oscar Pistorius se met alors en tête de participer aux Jeux de Pékin avec les valides. Mais un an avant les Jeux, la fédération internationale d’athlétisme fait marche arrière : ses « blades » lui donneraient un avantage technique par rapport aux valides. Après une bataille juridique très médiatisée, il obtient le droit de participer aux Jeux avec les valides. Il rate les minima et participe une nouvelle fois aux paralympiques où il décroche trois médailles d’or.

Depuis le début du procès, l’Afrique du Sud a découvert un autre homme : Oscar Pistorius a une passion pour les armes. D'autres facettes de sa personnalité apparaissent aussi pendant le procès. Emotif, l'ex-champion fond en larmes ou vomit à plusieurs reprises. Il adopte souvent l'attitude de l'enfant buté, refusant d'admettre ses responsabilités. Ce que la juge va lui reprocher. A la barre, sa psychologue viendra dire qu'il est, à 27 ans, « un homme brisé ».

rfi,Faride Achache

Pas de JO 2016 pour Oscar Pistorius

Oscar Pistorius, condamné mardi à cinq ans de détention, ne pourra participer aux Jeux Paralympiques 2016 à Rio, même s'il sort de prison de manière anticipée, précise le Comité paralympique international (CPI). « Il ne pourra participer à aucune compétition durant cinq ans, c'est-à-dire l'intégralité de la peine à laquelle il a été condamnée, même s'il est libéré de manière anticipée », indique le porte-parole du CPI, Craig Spence. A la sortie du tribunal ce mardi 21 octobre, l'une de ses avocates a estimé que le jeune homme pourrait passer seulement 10 mois derrière les barreaux avant d'être libéré et placé en résidence surveillée. Pistorius a remporté l'or en sprint lors de trois jeux Paralympiques.

Les commentaires sont fermés.