1528DEDI
topblog Ivoire blogs

27 septembre 2014

Au Brésil, Romario vise un poste de sénateur

 

mediaRomario en compagnie de Marina Silva, candidate du Parti socialiste pour les présidentielles au Brésil, le 30 aôut 2014.REUTERS/Ricardo Moraes
    L’ancienne gloire de la Seleçao, Romario, champion du monde en 1994 et déjà député fédéral, se présente aux sénatoriales brésiliennes qui auront le 5 octobre prochain. Romario, très critique à l’égard du gouvernement actuel, fait de la lutte contre la corruption l’une de ses priorités.

L’enfant des bidonvilles de Rio a tout connu. De la gloire avec un titre de champion du monde en 1994, à la désolation quand il se retrouve condamné à deux ans et demi de travaux d’intérêt général pour fraude fiscale et qu’il doit faire face en 2009 à une année judiciaire agitée. Il a même droit à 24 heures de prison pour ne pas avoir versé la pension alimentaire à son ex-épouse…

Romario entre en politique pour sa fille

Ce qui ne l’empêche d’entrer au Parlement en 2010. Comme sur un terrain de football, le « Baixinho » (le petit) arrive à trouver la solution pour briller. Grand joueur, grande gueule et amoureux des bonnes choses de la vie, Romario s’apprête à briguer un mandat de sénateur dans l’État de Rio sous les couleurs du Parti solidarité, de centre gauche, avec lequel il s’est affilié en 2009.

« Je me suis engagé en politique pour Ivy », avait expliqué la star du football brésilien lors de son premier mandat de député. Ivy, c'est le prénom de sa plus jeune fille, atteinte de trisomie 21. Son combat s’est souvent porté pour les handicapés et les plus démunis. « Lorsqu'elle est née, j'ai pris conscience de l'étendue des préjugés et des discriminations qui pèsent sur les 25 millions de Brésiliens, soit 12,5 % de la population, qui souffrent d'une invalidité mentale, physique, visuelle ou auditive. Pour eux, accéder à un centre commercial, à une église ou à un stade de football est impossible ou presque. Au Brésil, personne ne défend leurs droits », avait-il expliqué dans l’hebdomadaire français L’Express.

 

Si le week-end Romario joue au foot-volley sur la plage avec ses amis, la semaine, il vit pleinement son activité d’homme politique. Assidu lors des séances plénières au Parlement, il met un point d'honneur à fournir un travail consistant au sein des commissions parlementaires dont il est membre. En l'espace d'un an, ce novice fait passer deux amendements à la Chambre des députés : l’un permettant de relever les minima sociaux des familles les plus modestes ayant à charge des handicapés et des personnes âgées. L'autre encourage les entreprises à employer des apprentis victimes d'un handicap.

Il invective sans problème le patron de la FIFA !

Connu pour son fort caractère et côté noctambule, Romario est parvenu à lisser son image à force de travail comme député. Mais cela ne l’a pas empêché de critiquer l’organisation du Mondial 2014 au Brésil. Il n’a jamais eu de mots assez durs envers Sepp Blatter, le patron de la FIFA qu’il a traîté notamment de « voleur ». Romario compte également parmi ses ennemis intimes son ancien camarade de jeu Ronaldo, régulièrement ciblé pour son rôle dans le Comité organisateur du Mondial 2014.

Depuis 1982, quand les mythiques Socrates et Wladimir, capitaines des Corinthians de São Paulo, ont converti le club en agent de lutte pour la liberté au Brésil et lancé un mouvement de défense des droits de l'homme connu sous le nom de « démocratie Corinthienne », ils sont nombreux à s’être lancé en politique après avoir laissé de côté le ballon rond. Comme Joao Leite, de l'Atlético Mineiro, qui exerce son 5e mandat de député de l'État du Minas Gerais (sud-est).

Les Brésiliens sont appelés à désigner en octobre 513 députés fédéraux, 27 sénateurs, 27 gouverneurs et plus de 1 000 députés locaux, en plus de leur nouveau président.

rfi, Farid Achache

Les commentaires sont fermés.