1528DEDI
topblog Ivoire blogs

24 septembre 2014

Corruption: un arbitre accuse et jette le trouble en Algérie

 

mediaUne capture d'écran de l'arbitre algérien Mounir Bitam avec son t-shirt accusateur.DR
Mounir Bitam, un arbitre algérien, a jeté le trouble en accusant notamment Mahfoud Kerbadj, le président de la Ligue de football professionnel nationale, d’avoir tenté d’influencer ses décisions sur certains matches. Huber Velud, l’entraîneur de l’USM Alger, un des clubs supposés victimes, appelle au calme.

Voilà une nouvelle affaire dont le football algérien se serait bien passé, un mois après la mort du joueur camerounais Albert Ebossé, tué par un projectile dans un stade à Tizi Ouzou. Mounir Bitam, arbitre assistant international, s’est signalé lors d’un match de 2e division du championnat local, le 19  septembre, en affichant un tee-shirt avec l’inscription : « Kerbadj et Hammoum : une histoire d’un jeu manipulé. »

Mounir Bitam accuse expressément le président de la Ligue de football professionnel (LFP) algérienne Mahfoud Kerbadj et le président de la Commission fédérale des arbitres (CFA) Khellil Hammoum d’avoir voulu le corrompre.

Après son coup de force, l’arbitre a expliqué qu’on l’avait poussé à favoriser certains clubs en Coupe d’Algérie et en Supercoupe d’Algérie. Parmi les clubs floués, il y aurait notamment l’USM Alger battu par le Mouloudia d’Alger 1-0 en Supercoupe 2014. « On a eu des soupçons lors de ce match ; pas forcément d’une tricherie, mais d’une incompétence, a expliqué l'entraîneur de l'USMA, Hubert Velud, dans l’émission Radio Foot Internationale. L’arbitrage représente un vrai débat en Algérie. Il faut prouver tout ça [NDRL : ces accusations]. Les arbitres subissent des pressions de toutes parts. Je pense qu’il faudrait revenir à des choses plus simples et laisser les arbitres tranquilles ».

Des accusations prises au sérieux

La LFP et la CFA ont annoncé leur intention de porter plainte contre Bitam. Ce dernier fait également l’objet d’une enquête de la part de la Commission fédérale des arbitres, qui l’auditionne ce 23 septembre.

Les personnes mises en cause ont nié les accusations de Mounir Bitam. Khellil Hammoum a ainsi accusé l'intéressé de s’être vengé parce qu’il n’avait pas été retenu pour un séminaire de la Fédération internationale de football consacré à l’arbitrage. L’affaire est toutefois prise au sérieux par le ministère des Sports algérien, qui souhaite mener une enquête.

Ce dossier fait tâche alors que l’Algérie vient officiellement de déposer son dossier de candidature pour organiser la Coupe d’Afrique des nations 2017, après avoir été recalé pour les CAN 2019 et 2021.

rfi

Les commentaires sont fermés.