1528DEDI
topblog Ivoire blogs

03 juillet 2014

Mondial 2014 : la petite revanche du Belge Romelu Lukaku

media
Le Belge Romelu Lukaku.REUTERS/Sergio Moraes

Son entrée en jeu en prolongation du huitième de finale de Coupe du monde 2014 a libéré l’équipe de Belgique de football. Romelu Lukaku a été un buteur décisif face aux Etats-Unis (2-1 a.p.) le 1er juillet à Salvador de Bahia. C’est une petite revanche pour cet attaquant d’origine congolaise, âgé de 21 ans.

Il avait traversé le premier tour de la Coupe du monde 2014 de football sans gloire, refusant de serrer la main de son sélectionneur Marc Wilmots, après avoir été remplacé lors du match face à la Russie (1-0). Frustré, Romelu Lukaku avait bien du mal à assumer son statut d’avant-centre titulaire de l’équipe de Belgique, suite au forfait de Christian Benteke. Aucun but, aucune passe décisive, et pas mal de maladresse dans le jeu, malgré un gros travail de sapeauprès des défenses adverses.

Il dédie son but à son père

L’attaquant d’origine congolaise était donc remplaçant ce 1er juillet à Salvador de Bahia, lors d’un huitième de finale haletant face aux Etats-Unis (2-1 a.p.). Il a pourtant profité de son entrée en jeu en prolongation pour assommer des Américains déjà bien éreintés. Ses deux faits d’arme : une contre-attaque tout en puissance qui a permis à Kevin De Bruyne d’ouvrir le score, puis une frappe sèche. Après son but, le joueur prêté par le club de Chelsea à celui d’Everton (Angleterre) est allé embrasser une caméra de télévision, tout en lâchant : « Je t’aime papa ! »

« C’est mon premier coach et mon premier supporter depuis que j’ai cinq ans, a ensuite expliqué le colosse (190 cm). A ce moment, je pouvais vraiment le féliciter ».

« C’était tellement prévisible »

Ses coéquipiers ont ensuite rendu hommage à Romelu Lukaku à tour de rôle. A commencer par son rival, Divock Origi. « Franchement, je savais que ça allait passer, a assuré l’attaquant d’origine kényane. Surtout avec Romelu qui était motivé. Même avant qu’il rentre, je lui avais dit qu’il allait marquer. Après le match, j’étais très content pour lui ». Même son de cloche du côté du milieu de terrain Axel Witsel : « Je lui avais dit avant le match de bien rester concentré, de ne pas faire trop attention à ce qu’il se disait autour de lui. Je lui ai dit "dès que tu vas rentrer, tu vas faire la différence". C’est ce qu’il a fait et je suis super content pour lui, parce qu’il le mérite. » Le capitaine Vincent Kompany ajoute : « C’était tellement prévisible. On savait qu’avec une demi-heure à jouer et aucune pression sur les épaules, il allait faire la différence. »

Wilmots a également évoqué la réussite de son athlétique avant-centre, en conférence de presse : « J'ai toujours eu confiance. En football, rien n'est jamais noir ou blanc. Pourtant, vous (les journalistes, Ndlr) ne semblez pas connaître le gris. Lukaku a bien remplacé Origi qui, lui, faisait un grand match. Divock était encore frais quand je l'ai changé mais il venait de buter quatre fois sur un grand Howard (gardien de but américain, Ndlr). Je me suis donc dit que ce n'était pas son jour. »

Et pour cause : c’était la soirée de Romelu Lukaku, qu’on a trop souvent comparé à l’Ivoirien Didier Drogba. L’ex-joueur d’Anderlecht postule à nouveau à une place de titulaire avec les « Diables rouges », le 5 juillet à Brasilia, en quart de finale face à l’Argentine.

Rfi,David Kalfa

Les commentaires sont fermés.