1528DEDI
topblog Ivoire blogs

03 avril 2014

Transfert: Le Nigérian Sunday Mba, un champion d’Afrique en transit à Bastia

mediaLe Nigérian Sunday Mba.AFP PHOTO/PIUS UTOMI EKPEI
 

Sunday Mba, l’unique buteur de la finale de la CAN 2013, évolue depuis janvier 2014 au CA Bastia, en deuxième division française. Un choix que le Nigérian assume, malgré les difficultés de son club, dernier de L2. Le milieu de terrain voulait jouer en Europe, avant la Coupe du monde 2014.

Le CA Bastia, dernier du championnat de France de deuxième division, n’aura pas connu une saison 2013-2014 prolifique. Le club corse, qui évoluait pour la première fois de son histoire en Ligue 2, va peut-être retrouver la troisième division. Mais les supporters bastiais auront eu la joie de voir un joueur hors-norme au stade Erbajolo : Sunday Mba.

« Sur mon transfert, chacun peut dire ce qu’il veut »

Le Nigérian a paraphé un contrat d’un an et demi, en janvier dernier. En trois mois, le milieu de terrain de 25 ans a offert quelques éclairs de son talent. Au CAB, on se félicite donc d’avoir attiré un joueur de son calibre.

Sunday Mba, de son côté, se sent comme chez lui sur l’Ile de beauté. « J’étais déjà venu ici l’été dernier, explique-t-il. Donc, quand je suis revenu ici en janvier, c’était comme si j'étais déjà à la maison. Les gens autour de moi m’ont aidé à m’installer très vite ».

Sunday Mba aurait en fait dû être transféré l’été dernier. Mais un désaccord entre les Warri Wolves et le CA Bastia avait fait capoter l’affaire. L’insistance du joueur à rejoindre un club en difficulté en L2 a ensuite fait jaser au Nigeria. Car Mba est un héros depuis son but décisif en finale de la Coupe d’Afrique des nations 2013 face au Burkina Faso. « Je comprends ce que les Nigérians ressentent, se défend-il. Chacun a donné son opinion sur mon transfert. Mais c’est mon choix et je devais le faire. J’ai besoin de jouer chaque semaine parce que la Coupe du monde approche. Et je dois donc être en forme pour aider mon équipe. Donc, chacun peut dire ce qu’il veut ».

« Stephen Keshi est comme un père pour moi »

Il n’empêche, le transfert de Sunday Mba a alimenté bien des rumeurs. Certains médias nigérians ont même accusé Stephen Keshi, le sélectionneur de l’équipe nationale, d’avoir réclamé sa part du gâteau. « C’est un mensonge, soupire le joueur. Il ne sait rien au sujet de mon transfert ». Le coach des « Super Eagles », assure-t-il, a même donné sa bénédiction à Mba pour qu'il quitte la sélection nigériane qui préparait le Championnat d’Afrique des nations 2014. Stephen Keshi avait pourtant  Peu importe, Sunday Mba ne veut pas polémiquer avec son mentor. « Nous sommes en bons termes, assure-t-il. Il est comme un père pour moi ».

Pourtant, le pensionnaire du CAB semble moins dans les petits papiers du « boss ». Il ne figurait pas dans le groupe nigérian qui a affronté le Mexique le 5 mars dernier (0-0). « Je devrais donc être inquiet pour ma place à la Coupe du monde, souligne-t-il. Je n’étais pas dans l’équipe dernièrement. Je sais que je vais devoir travailler encore plus, beaucoup plus, pour regagner ma place ».

 RFI,

Et le joueur, qui a découvert le Brésil lors de la Coupe des Confédérations 2013, veut y retourner. « Jouer une Coupe du monde, c’est un rêve, lance-t-il. Tout joueur veut y participer. Certains ont fini leur carrière sans avoir joué un Mondial et ils le vivent mal ».

L’Angleterre et la Ligue 1 l’attirent

Reste à savoir ce que Sunday Mba fera la saison prochaine. « Je verrai bien, évacue-t-il. Il reste encore quelques matches à jouer. Attendons de voir comment ça se passe pour le club. Si j’ai une bonne offre, je réfléchirai. Tout joueur rêve de progresser. Je crois qu’il y a un accord entre l’équipe et moi. Je pense que je pourrais donc partir dans un autre endroit ».

Le champion d’Afrique 2013 avoue être attiré par l’Angleterre mais aussi la Ligue 1. Parce que la vie en France lui plaît et que Bastia l’a séduit. « Ce qui m’a le plus surpris ici, ce sont les gens. Ils sont vraiment très accueillants », sourit celui qui n’est peut-être que de passage en Corse.

Les commentaires sont fermés.