1528DEDI
topblog Ivoire blogs

21 décembre 2013

Mondial des Clubs : le Raja Casablanca défie le Bayern Munich

 

 

Mohsine Moutaouali, le capitaine du Raja Casablanca.
Mohsine Moutaouali, le capitaine du Raja Casablanca.
REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

 

Samedi 21 décembre, le Raja Casablanca jouera la finale du Mondial des clubs contre le Bayern Munich. En venant à bout des Brésiliens de l'Atlético Mineiro en demi-finale mercredi dernier (3-1), les Marocains du Raja Casablanca ont déjà réalisé un bel exploit. Face à la montagne du Bayern, les chances sont minces, mais tout peut arriver.

 

Trois fois lauréat de la Ligue des champions d'Afrique dans les années 1980 et 1990, le Raja Casablanca est à la veille d’un grand exploit : battre le Bayern Munich en finale du Mondial des clubs. Après avoir éliminé les Brésiliens de l’Atlético Mineiro en demi-finale, tous les rêves sont permis.

Faire mieux que le TP Mazembe !

 

En dix éditions, c'est seulement la seconde fois que la finale de cette compétition n'opposera pas les champions d'Europe et d'Amérique du Sud. Le Raja Casablanca est le deuxième club africain à jouer la finale de la Coupe du Monde des clubs, après le TP Mazembe de Lubumbashi en 2010 (perdue 3-0 contre l'Inter Milan). Et Deo Kanda, ancien du TP Mazembe, aura peut-être la chance de jouer pour la deuxième fois de sa carrière la finale de cette compétition.

 

Pourtant, rien n’était écrit avant le début de cette aventure. Le Raja, qui est loin du trio de tête dans son championnat (7e), venait tout juste de changer d’entraîneur. Faouzi Benzarti n’a même pas eu le temps de se mettre à l’ouvrage.

 

« Tout le monde se posait la question de savoir si le Raja allait quitter la compétition dès le premier match. Et beaucoup de personnes ont été surprises par la réponse des joueurs. Si Faouzi Benzarti n’a pas eu le temps de travailler tactiquement, il a eu l’intelligence de s’informer sur les joueurs », explique à RFI Hassan Harmatallah, manager général du Raja et ancien joueur de Lens.

 

La confiance est de retour...

 

« Nous avons commencé cette compétition avec la volonté de bien faire. Après notre première victoire, nous avons pris confiance en nous, confie Mohsine Moutaouali, le capitaine de l'équipe. Il ajoute : « Nous avons joué contre le Brésil avec le mental. Nous nous étions bien préparés. Bien sûr, nous avons respecté l’adversaire, mais sur le terrain, nous avons marqué les premiers et tout le monde peut dire que nous avons bien gagné ce match ».

 

Reste à savoir comment va réagir ce groupe face à l’ogre allemand. Avec son année exceptionnelle et son coach de luxe, Pep Guardiola, le Bayern Munich est annoncé comme archi favori. « Le Bayern est une très grande équipe pour laquelle nous avons énormément de respect. Ils ont les meilleurs joueurs du monde et ont remporté la grande Ligue des champions. Sur le terrain, on verra bien celui qui est prêt », lance Mohsine Moutaouali.

 

« Les joueurs marocains ont des qualités qui peuvent leur permettre de s’élever au niveau du football mondial, dit Hassan Harmatallah. Le fait de jouer des équipes de haut niveau donne une motivation supplémentaire. Les joueurs sont dans l’obligation de se révolter et de s’élever au niveau de l’adversaire ».

 

« J’ai vu tout le Maroc supporter le Raja »

 

En tout état de cause, le Raja Casablanca pourra compter sur le soutien du public. L’effervescence de la victoire contre l’Atlético Mineiro n’est pas retombée et les écharpes du Raja sont autour du cou des habitants de Marrakech. La presse en a encore fait ses gros titres aujourd’hui. Tout le monde ici a encore en tête cette folle nuit où les gens brandissaient les drapeaux nationaux et les étendards vert et blanc du Raja en scandant : « Koulna Raja, Koulna Mgharba » (« Tous des Rajaouis, tous des Marocains »).

 

« J’ai vu tout le Maroc supporter le Raja et ils ont eu un apport énorme sur le mental des joueurs. Ici en Afrique, le public est amoureux du foot un peu comme les supporters brésiliens et argentins », raconte Hassan Harmatallah.

 

« Je remercie le public marocain dans tout son ensemble et aussi tous nos supporters du Raja. Je leur demande de venir nombreux nous supporter », dit Mohsine Moutaouali.

 

Mais vu l’excitation ambiante autour de cette rencontre, l’appel a déjà été entendu. La soirée risque d'être très chaude dans tout le Maroc.

 

 

Faouzi Benzarti : « Je n’ai jamais imaginé rencontrer le Bayern »

En conférence de presse, à la veille de ce choc entre le Raja Casablanca et le Bayern Munich, Faouzi Benzarti, l’entraîneur du club marocain, dit s’attendre « à une rencontre difficile ». Mais la stratégie déployée depuis le début de ce Mondial devrait rester la même. « Nous allons essayer de continuer à travailler en bloc (attaque et défense) et jouer aussi en contre-attaque », explique-t-il.

Le Raja Casablanca jouera un quatrième match en dix jours. Du coup, la question de la fatigue des joueurs se pose. « Nous avons tout fait pour permettre aux joueurs de récupérer. Nous avons la chance de ne pas avoir de blessure. Le plus important c’est le côté mental », avance Faouzi Benzarti. Il note aussi que le Bayern aura plus de pression que le Raja qui a déjà effectué un très beau parcours. « Dans un match de football, tout peut arriver et nous sommes confiants », lance le coach.

« Je n’ai jamais imaginé rencontrer le Bayern mais grâce aux efforts des joueurs, nous avons atteint la finale », avoue l’ancien entraîneur de l’Espérance de Tunis.

Propos recueillis par Farid Achache

Les commentaires sont fermés.