1528DEDI
topblog Ivoire blogs

23 juin 2013

Coupe du Monde: Les révélations du Mondial des 20 ans

 

 

Pogba, Digne, Thauvin et les Bleuets ont débuté la Coupe du monde des 20 ans ce vendredi. Auront-ils un jour leur place dans ce top 5 ?

 

1 
 

 

DIEGO MARADONA

 

Argentine, 1979
Privé du Mondial 78 chez lui car trop jeune, ''El Pibe de oro'' (le gamin en or) éclate aux yeux du monde lors de ce deuxième ''Mondial Juniors''. Avec Ramon Diaz (meilleur buteur du tournoi) et Gabriel Calderon, les jeunes Argentins surclassent tous leurs adversaires (20 buts pour, 2 contre) jusqu’à la finale contre le tenant soviétique (3-1). Ce triomphe de Maradona a largement contribué à la reconnaissance de cette compétition.
(Photo L'Équipe)

 

XAVI

 

2 

 

Espagne, 1999
Face au Japon de Philippe Troussier en finale (4-0), l’Espagne remporte son premier titre mondial. À la baguette, un petit meneur de jeu formé à la Masia : Xavi Hernandez Creus. Dans le but espagnol : le Madrilène Iker Casillas. De cette aventure africaine (au Nigeria) naîtra une solide amitié, socle des succès actuels de la ''Roja''.
(Photo Bernard Papon)

 

LIONEL MESSI

 

3 

 

Argentine, 2005
Auteur de six des douze buts argentins aux Pays-Bas, le prodige du Barça éclabousse le tournoi de son talent naissant. Capitaine de l’Albiceleste, il rafle le titre de meilleur joueur et meilleur buteur. Depuis, Messi a gagné quatre Ballons d’or...
(Photo Didier Fèvre)

 

LUIS FIGO

 

4 

 

Portugal, 1991
Devant 127 000 spectateurs au stade de la Luz (record d’affluence de la compétition)?; le Portugal conserve le titre conquis deux ans plus tôt. Joao Pinto est toujours en pointe et Carlos Queiroz sur le banc mais l’équipe présente plus de talents offensifs avec Rui Costa et, surtout, Figo, futur Ballon d’or (en 2000). Cette ''génération dorée'' portugaise sera maudite en seniors.
(Photo Alain Landrain)

 

ROBERT PROSINECKI

 

5 

 

Yougoslavie, 1987
Le prolifique football yougoslave enlève son unique titre mondial en 1987 au Chili. À la tête de cette génération prodigieuse, Robert Prosinecki, né en Allemagne d’un père croate et d’une mère serbe. L’éclatement de la Yougoslavie provoquera celle de ce groupe mais l’ossature croate (Prosinecki, Jarni, Suker, Boban, Stimac) terminera troisième de la Coupe du monde 1998 sous le maillot à damiers.
(Photo Jean-Claude Pichon)

L'équipe, Xavier Barret

 

Les commentaires sont fermés.