1528DEDI
topblog Ivoire blogs

30 janvier 2013

CAN 2013/Éléphants: L'Algérie en attendant les quarts

 
Yebouah Daniel, Ndri Koffi Romaric et Sabri Lamouchi en conférence de presse. (photo : Eric Kacou)

Cette opposition version 2013 entre Fennecs et Eléphants intervient seulement trois ans après le quart de finale de la CAN « Angola 2010 » où les Ivoiriens avaient été défaits par les Algériens (3-2).

Le pas a été vite franchi par certains observateurs qui annoncent une revanche ourdie par les Eléphants de Côte d’Ivoire dont le Sélectionneur de l’époque, Vahid Halilhodzic, dirige actuellement le banc algérien.

Mais en conférence de presse, Ndri Koffi Romaric a indiqué mardi que « le contexte est différent parce que l’Algérie est éliminée ». Tout en nuance, le milieu de terrain des Eléphants a ajouté que l’opposition du 30 janvier 2013 entre les deux Nations « reste un match que les Eléphants veulent gagner sans esprit de revanche ».

Rappelant l’objectif de la sélection ivoirienne qui est de remporter la CAN, son coéquipier et gardien de but Yebouah Daniel que cela passe par six matchs que les Ivoiriens devront aborder « comme des finales » et que celui contre l’Algérie en fait partie.

Adoubant les propos de ses joueurs, le Sélectionneur Sabri Lamouchi est resté constant dans son discours depuis le début de la compétition : « on prépare ce match contre l’Algérie. C’est avec application et détermination que nous allons aborder ce match pour préparer les quarts de finale », a-t-il affirmé.

Mais contrairement à ses habitudes, Sabri Lamouchi a levé un coin de voile sur le onze de départ contre l’Algérien. Il a annoncé qu’il y aura « des changements » et que le gardien de but en second, Yebouah Daniel, va commencer la rencontre face à l’Algérie. 

Refusant de donner dans l’euphorie après deux victoires en autant de sorties pour l’équipe ivoirienne, Sabri Lamouchi à précisé que les Eléphants seront gagné par l’euphorie, « seulement s’ils ramènent la Coupe à Abidjan ».

Le patron du banc des Eléphants est également revenu sur le choix des hommes face à la Tunisie où son équipe a débuté la rencontre avec Didier Drogba et Kolo Touré sur le banc. « J’opère mes choix par rapport à l’intérêt général. La composition de l’équipe se fait par rapport à ce que je vois à l’entraînement. Et j’ai la chance d’avoir 23 joueurs qui ont compris que c’est collectivement que nous allons gagner quelque chose », a-t-il indiqué.

Avec 23 joueurs « potentiellement titulaires » Sabri Lamouchi garde tout de même un œil sur son potentiel adversaire des quarts de finale qui se trouve être le Nigeria, deuxième du Groupe C derrière le Burkina Faso.

E.K

CAN 2013/Hervé Renard : "C'est anormal d’être éliminé au 1er tour"

 

 

 
Par Sylvain MORNET
Vingt et un ans que le champion d’Afrique en titre n’avait plus été éliminé en phase de poule. L’entraîneur de la Zambie Hervé Renard était donc forcément déçu, mais pas abattu après cette grosse déconvenue pour son équipe.




Quel est votre sentiment après cette élimination ?

Je suis triste pour tout le peuple zambien. Nous on est des sportifs, on est habitué à perdre, à gagner. Le plus ennuyeux, c’est pour tous ceux qui pleurent ce soir car la Zambie ne s’est pas qualifiée. Ils portent l’équipe avec leur cœur donc je suis désolé pour eux. Mais je pense que l’on a tout donné pour se qualifier ce soir. On a fait un très bon match dans des conditions difficiles pour nous. Je suis fier de ce que l’on a fait ce soir, malheureusement ça n'a pas payé. Il faut savoir l’accepter.

L’année dernière, on frappait 3 fois, on marquait un but. Cette année, on a frappé 5 fois sans marquer. C’est le football. Le destin avait choisi autre chose.

Comment avez-vous senti vos joueurs à l’issue de la rencontre ?

Déçu ! Quand on vient pour jouer une Coupe d’Afrique, on est toujours ambitieux. Et on était ambitieux car on a eu la chance de toucher le ciel l’an dernier et que l’on voulait encore voler un peu. Mais c’est le football, il faut savoir garder les pieds sur terre et parfois une bonne gifle, cela ne fait pas de mal.

Cela prouve surtout qu’il est difficile de rester au sommet ?

Sincèrement, c’était très difficile pour nous de rester tout en haut. Mais être éliminé dès le 1er tour ce n’est pas normal.

Allez-vous rester à la tête de la sélection zambienne ?

Moi j’ai un contrat en Zambie, donc on va déjà finir les qualifications pour le Mondial 2014. Mais ce n’est pas tellement le problème ce soir. Le problème c’est de savoir qu’à Lusaka et dans toute la Zambie, des gens sont tristes. Donc ils peuvent me faire porter toute la responsabilité, je le supporterais. Mais je pense que les joueurs ont fait le maximum.

Comment vous analysez le match d’aujourd’hui ?

Je pense que l’on a fait tout ce qu’il fallait. On n’a juste pas trouvé la faille. Si on avait inscrit ce petit but, tous les discours seraient différents. C’est ça la difficulté et parfois la beauté du football. En toute sincérité, il y a vraiment très peu de différence entre l’équipe de l’année dernière et celle-ci.

Parlez-nous de l’état du terrain…

Quand on est venu en décembre le reconnaitre, c’était le plus beau terrain d’Afrique du Sud. On était ravi de venir jouer ici. Mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé !

Je pense que le terrain a beaucoup aidé le Burkina Faso à se qualifier, mais ça fait parti des circonstances. Il fallait que l’on s’adapte et on ne s’est pas bien adapté.

Vous n’avez pas titularisé Christopher Katongo ce soir, était-il blessé ?

Non c’est un choix. Il a débuté les deux premiers matches. Mayuka n’avait pas commencé le 1er. Collins Mbesuma n’avait pas débuté le 2ème. Je pense que les 2 ce soir ont fait un bon match, notamment Mbesuma qui a été très bon. Il ne lui manquait qque ce petit but. Normalement, l’étincelle elle vient de lui. Là, il a une super occasion en 1ère mi-temps et il fait une passe au gardien. Pareil contre le Nigeria !

De notre envoyé spécial à Nelspruit,

 

11:43 Publié dans Shopping | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

28 janvier 2013

CAN 2013/ Les éléphants attendent les 1/4 de finales

 

 

Le capitaine Didier Zokora et son entraîneur Sabri Lamouchi à la conférence d'après-match. (photo : Eric Kacou)
 

Sabri Lamouchi avait prévenu. Les Eléphants devraient montrer leur vrai football. Ils l’ont fait samedi face à la Tunisie. Sabri Lamouchi est fier de ses poulains qui ont joué comme « une grande équipe » et qui, selon Ndri Koffi Romaric, ont « pris du plaisir ».

Sabri Lamouchi (Sélectionneur de la Côte d'Ivoire) :

« Je veux d'abord dire deux choses. La première, c'est que je suis fier de mes origines tunisiennes. La Tunisie est un pays magnifique avec un peuple extraordinaire. La deuxième, c'est que je suis fier de mes joueurs et de leur réaction. Ce qu'ils ont montré aujourd'hui est ce qu'ils montrent à l'entraînement. Je suis satisfait déjà de la victoire mais surtout du contenu. Le match précédent, même si on avait eu le même nombre de points, le contenu avait été différent. J'ai dit à mes joueurs que je n'avais pas vu des grands joueurs mais une grande équipe. Nous sommes réellement entrés dans la compétition aujourd'hui ».
A propos de la non-titularisation au départ de Didier Drogba :
« J'ai 23 joueurs dans mon effectif. J'ai toujours dit que si la Côte d'Ivoire veut remporter la CAN, c'est collectivement. Les onze joueurs que j'ai mis dès le départ me semblaient être les plus disposés à affronter cette belle équipe tunisienne dès la première minute ».
 
Sami Trabelsi (Sélectionneur de la Tunisie) :

« Jusqu'à la 25e minute, nous ne sommes pas bien entrés dans le match. Même si l'adversaire n'a pas créé beaucoup d'occasions, on a fait une faute d'inattention. En deuxième mi-temps, on a dominé jusqu'à la 85e minute et à chaque moment on s'attendait à égaliser. Malheureusement, le deuxième but vient contre le cours du jeu. On n'a pas fait beaucoup de changements mais c’était voulu. Celui qui voit le score va penser qu'on a très mal joué mais je suis persuadé qu'on a très bien joué en deuxième mi-temps et qu'on a mieux maîtrisé le jeu. Chaque erreur se paie cash. On n'a pas su concrétiser nos occasions. Rien n'est joué, on a encore un match. La deuxième mi-temps est meilleure même à notre match de l'Algérie. On a l'espoir de se qualifier. On va gagner notre dernier match et on va se qualifier".

Yaya Touré (Milieu de terrain, Côte d’Ivoire) :

« Le score est dur pour la Tunisie qui est une très bonne équipe. Notre adversaire a commis de grosses erreurs. Nous concernant, nous avons prouvé que nous sommes une équipe solide et nous l'avons confirmé aujourd’hui ».

Didier Zokora (capitaine, Côte d’Ivoire) :

« On a montré de l’envie et le but de Gervinho nous a facilité la tâche.C’était difficile physiquement. Mais nous avons gagné parce que nous étions motivés et déterminés ».

Ndri Koffi Romaric (Milieu de terrain, Côte d’Ivoire) :

« C’est un match que nous avons maîtrisé de bout en bout. Il y a eu du jeu, du plaisir et de la joie. Nous avons gagné parce que nous avons respecté notre adversaire ».

Propos recueillis par
A.S et E.K