1528DEDI
topblog Ivoire blogs

09 janvier 2013

CAN 2013: Les ventes de billets décollent doucement

 

Le stade Soccer City de Johannesburg - rebaptisé Stade national pour la CAN 2013 - trouvera-t-il assez d'amateurs pour occuper ses 95.000 sièges ?.
Le stade Soccer City de Johannesburg - rebaptisé Stade national pour la CAN 2013

Sujet d’inquiétude récurrent chez les organisateurs de la Coupe d’Afrique des nations, le taux de remplissage des stades ne devrait pas atteindre des sommets, du 19 janvier au 10 février, en Afrique du Sud. Le décollage de ces dernières semaines entretient toutefois l’espoir de ne pas voir trop de sièges vides.

A deux semaines du coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations, la vente des billets a fait un bond de 60% par rapport à l’objectif fixé, mais le total atteint se situe encore à 200.000 unités de la cible.

A l’ouverture des ventes, les amateurs avaient traîné des pieds, et seulement 30.000 billets avaient trouvé preneurs à trente jours de l’échéance. Mais en deux semaines, les ventes viennent de décoller pour atteindre 300.000. L’objectif de 500.000 est désormais en vue, selon les organisateurs.

Toutefois, à onze jours du match d’ouverture, Afrique du Sud – Cap vert, à Johannesburg, le spectre des sièges vides n’est pas pour autant écarté. Les tickets pour le groupe D – dit « de la mort », qui doit opposer la Côte d’Ivoire, l’Algérie, la Tunisie et le Togo, à Rustenburg – ne représentent qu’un quart des 200.000 ventes enregistrées, soit à peine une moyenne de 8.000 places vendues par match pour un stade qui en compte 44.000. La perspective de voir des joueurs de classe mondiale comme l’Ivoirien Didier Drogba n’a donc pas attiré les foules.

Caravane ambulante

Malgré d’importantes ventes dans quelques pays – l’Ethiopie a acheté 30.000 places et le tenant du titre, la Zambie, 15.000 –, les Sud-Africains représentent toujours l’essentiel des spectateurs attendus. Car si le prix des billets est bas, à cinquante rands (environ quatre euros), des coûts de transport prohibitifs en Afrique incitent les spectateurs à rester chez eux.

Le géant économique sud-africain attire par ailleurs de nombreux travailleurs migrants du Nigeria, d’Ethiopie, de RDC ou de Zambie, qui attendent de profiter sur place de la chance de voir leur équipe jouer cette CAN. Mais les amateurs se plaignent de la difficulté à trouver des billets. EQ Tickets, la société qui gère les ventes, ayant choisi SuperSpar, une chaîne de supermarchés s’adressant plutôt à une clientèle aisée qui n’est donc pas facilement accessible aux amateurs issus de la classe ouvrière.

Les organisateurs rétorquent à ce sujet que Computicket, un opérateur plus connu, n’a jamais présenté d’offre. Ils ont donc mis sur pied une caravane de vente ambulante pour toucher le public. D’autres problèmes logistiques, comme le bris de machines, ont entravé la bonne marche des ventes.

Le succès populaire de l’épreuve devrait finalement dépendre des performances du pays-hôte, l’Afrique du Sud.


RFI, avec AFP

Les commentaires sont fermés.