1528DEDI
topblog Ivoire blogs

10 décembre 2012

Football / Can 2013/ Wilfried Bony : « On attend toujours la Côte d’Ivoire »


 

 

L'Ivoirien Wilfried Bony, du Vitesse Arnhem.
L'Ivoirien Wilfried Bony, du Vitesse Arnhem.
 

 

L’attaquant international ivoirien du Vitesse Arnhem (Pays-Bas), Wilfried Bony, n’arrête plus de marquer cette saison. Le meilleur buteur africain en Europe, qui fête ses 24 ans ce lundi 10 décembre, voit la liste des clubs qui le convoitent s'allonger chaque semaine un peu plus. Wilfried Bony, la doublure de Didier Drogba, sera en janvier prochain à la Coupe d'Afrique des nations et aura à coeur de montrer tout son talent.

 

RFI : Vous êtes le meilleur buteur du championnat aux Pays-Bas et l’actuel meilleur buteur africain en Europe. Expliquez-nous votre façon de travailler pour arriver à ce résultat. Où va s’arrêter votre progression (un but toutes les 80 minutes) ?

Wilfried Bony : Pour moi, la première des choses, c’est de rester en bonne santé. Ensuite, c’est de travailler beaucoup à l’entraînement devant les poteaux. Après, il faut être confiant lors des matches pour pouvoir mettre le maximum de buts. Comme je vous le disais, c’est le travail qui est fourni à l’entraînement qui paye. C’est ce qui m’aide aujourd’hui à garder la forme et j’essaye de donner le maximum de moi-même.

D’après la presse néerlandaise, le Milan AC, Liverpool, Chelsea, le CSKA Moscou ou encore l’Olympique de Marseille auraient manifesté un intérêt pour vous. C’est flatteur, non ?

Oui. Pour moi, c’est important. Cela me donne encore plus de confiance et me donne surtout envie de travailler toujours plus. Tous les clubs que vous avez cités sont de gros calibres et des endroits où l’on n’a pas le droit à l’erreur. Mais pour le moment, le plus important c’est de continuer à progresser, de rester en bonne santé et d’être toujours concentré.

Quels sont vos ambitions et dans quels autres pays européens auriez-vous envie de jouer ?

Tout d'abord, ce serait important de jouer la Ligue des champions ou la Ligue Europa. La France est un pays qui m’intéresse. Mais je crois que le football anglais est celui qui serait le mieux adapté à mes capacités et celui qui m’attire le plus. Les championnats allemand et italien sont aussi très intéressants.

 

Wilfried Bony lors du match amical contre l'Autriche.

Si on parle de la CAN, l’année dernière, vous avez participé à quatre rencontres et vous avez été titulaire une seule fois. Est-ce que vous avez désormais le sentiment de pouvoir revendiquer une place plus importante ?

Oh non, pas vraiment. Didier Drogba est toujours présent et c’est difficile de revendiquer quelque chose lorsque l’on a quelqu’un comme lui au-dessus de soi. Mais il faut que je sois prêt pour pouvoir être efficace au moment où l’on fait appel à moi. Je dois saisir ma chance. L’équipe nationale n’est pas un club et on ne sait jamais qui va être titulaire. Mais c’est bien de profiter de l’expérience de Didier Drogba.

En 2012, on attendait la Côte d’Ivoire dans un climat très tendu et certaines personnes vous demandaient de gagner cette CAN pour pacifier le pays. Est-ce que vous ressentez encore de la pression aujourd’hui ?

Oui, toujours. Partir à la CAN sans avoir l’intention de la remporter, c’est impossible. On attend beaucoup de nous, et cette édition 2013, nous voulons la gagner. La chance ne nous a pas souri la dernière fois, mais nous allons encore donner le meilleur de nous-mêmes. Même s’il y aura des moments où nous serons moins bien, l’objectif sera de gagner le match. Je crois aussi que grâce aux joueurs expérimentés que nous avons dans le groupe, la pression sera plus facile à gérer. De toute façon, on attend toujours la Côte d’Ivoire.

Pouvez-nous parler de votre groupe (Algérie, Tunisie et Togo) et de votre sentiment sur cette phase de poules ?

La Tunisie est une grande équipe qui paraît très en forme actuellement. L’Algérie nous avait sorti en quart de finale de la CAN 2010 et le Togo compte dans ses rangs un grand joueur comme Emmanuel Adebayor. Ce ne sera donc pas une poule facile. Je crois même que ce sera la plus difficile. Mais nous avons notre carte à jouer et nous devons montrer sur le terrain que nous sommes les meilleurs. Il ne s’agit pas d’une rencontre aller-retour mais de trois matches que nous devons absolument gagner.

Comment se passe la préparation avec Sabri Lamouchi, le sélectionneur ? Qu’en est-il des critiques à son sujet ? On lui a reproché de ne pas avoir d’expérience lors de sa nomination en mai dernier...

Nous avons fait du bon travail. Nous sommes conscients de la tâche qui nous attend et nous avons travaillé sérieusement. En ce qui concerne Sabri Lamouchi, je sais qu’il a été critiqué par les supporters et par la presse. Mais vous savez très bien que le plus important, c’est la volonté des joueurs. C’est nous qui sommes sur le terrain et quel que soit le coach, c’est à nous de donner le meilleur pour que la Côte d’Ivoire soit fière de nous. Chacun doit faire sa part de travail et tout se passe très bien avec lui. Tous les moyens ont été mis en œuvre et nous allons commencer notre préparation finale le 5 janvier prochain.

 

 
 

Est-ce que l’on évoque la succession de Didier Drogba ?

Je ne sais pas. Mais j’ai encore beaucoup à apprendre et je profite toujours de ses conseils. Je suis d’ailleurs régulièrement en contact avec lui. Pour l’instant, c’est la CAN 2013 qui compte.

Par Eric Chaurin / Farid Achache

 

 

Les commentaires sont fermés.