1528DEDI
topblog Ivoire blogs

26 avril 2017

Top 20 RFI: l'air suisse fait du bien à Seydou Doumbia

 

media
L'Ivoirien Seydou Doumbia.NIKOLAY DOYCHINOV / AFP

Seydou Doumbia continue de grimper au sein du Top 20 RFI. Avec 13 buts, l’Ivoirien du FC Bâle est 5e de notre classement des meilleurs buteurs africains d’Europe. Son retour en Suisse, après des expériences décevantes en Italie et en Angleterre, lui a visiblement fait du bien.

Buts Place Joueur Club/Nationalités Joués Moy.
27 1 Pierre-Emerick Aubameyang Borussia Dortmund/Gabon 27 1.00
17 2 Henry Onyekuru AS Eupen/Nigeria 32 0.53
14 3 Idriss Saadi Courtrai/France-Algérie 33 0.42
14 4 Mbaye Leye Zulte Waregem/Sénégal 34 0.41
13 5 Seydou Doumbia FC Bâle/Côte d’Ivoire 18 0.72
13 6 Benjamin Moukandjo FC Lorient/Cameroun 24 0.54
13 7 Mohamed Salah AS Rome/Egypte 26 0.50
13 8 Chadrac Akolo FC Sion/RDC 27 0.48
13 - Sadio Mané Liverpool/Sénégal 27 0.48
13 10 Ishak Belfodil Standard Liège/Algérie 29 0.45
13 11 Steve Mounié Montpellier/Bénin 31 0.42
12 12 Moussa Marega Vitoria Guimaraes/Mali 22 0.54
12 13 Mamadou Sylla AS Eupen/Sénégal 33 0.36
11 14 Samuel Eto'o Antalyaspor/Cameroun 24 0.46
11 15 Alassane Pléa Nice/France-Mali 25 0.44
11 16 Landry Dimata KV Ostende/Belge-RDC 27 0.41
11 - Diao Baldé Keita Lazio Rome/Sénégal 27 0.41
11 18 Ryad Boudebouz Montpellier/Algérie 29 0.38
11 - Mwbana Ally Samatta Racing Genk/Tanzanie 29 0.38
10 20 Leonard Kweuke Çaykur Rizespor/Cameroun 22 0.45

TOP 20 RFI : mode d'emploi

Ce classement ne prend en compte que :

1) les joueurs évoluant dans les douze meilleurs championnats d'Europe (selon l'indice UEFA 2016-2017)
2) les sélectionnés ou sélectionnables par une équipe nationale A africaine. Ce qui inclut les joueurs binationaux.

Sources : sites des ligues nationales de chaque pays.

 
 

L’Afrique a défini sa «stratégie gagnante» pour les JO 2020

 

media
Lors de la Table Ronde Acnoa 2017.Acnoa

L’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa) s’est réunie les 20 et 21 avril 2017 à Abidjan pour définir une stratégie en vue des Jeux olympiques d’été 2020. L’Acnoa veut notamment cibler les disciplines avec un fort potentiel de médailles, multiplier les compétitions d’envergure sur le continent et renforcer les Centres de préparation de haut niveau.

Alors qu’elle va élire son président le 10 mai, l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa) s’est réunie pour définir la stratégie du sport africain en vue des Jeux olympiques d’été 2020. Comment faire mieux à Tokyo que les 45 médailles récoltées à Rio, en 2016 ? C’était tout l’enjeu de la « Table Ronde Acnoa 2017 » qui s’est tenue les 20 et 21 avril 2017 à Abidjan.

« Dépasser la cinquantaine de médailles »

« Pour le moment nous n’avons pas chiffré [un nombre de médailles pour 2020, Ndlr] mais nous voulons quand même au moins dépasser la cinquantaine », indique Lassana Palenfo, le patron de l’Acnoa, à RFI.

Première mesure prise en ce sens : l’Acnoa va allouer 1 million de dollars à la préparation et au suivi des sportifs du continent, pour la période 2017-2020. A titre de comparaison, durant le cycle précédent (2013-2016), c’étaient environ 600 000 dollars.

« Durant l’olympiade passée, nous avons donné 292 bourses avec Solidarité olympique [un organisme du Comité international olympique, Ndlr], souligne Lassana Palenfo. La préparation des athlètes était en général de deux ans. Cette fois-ci, ça va aller jusqu’à trois ans et il y aura davantage de bourses ».

Optimiser la préparation des athlètes dans certains sports

Au-delà des questions financières, l’Acnoa pense pouvoir rendre la préparation des athlètes plus efficaces. Pour cela, l’Association veut « cibler les disciplines avec un fort potentiel de médailles », comme l’a été le taekwondo à Rio.

Il est également question de « multiplier les compétitions d’envergure sur le continent ». Dans cette logique, l’Acnoa continue de discuter avec l’Union africaine (UA) au sujet de la gestion des Jeux africains « Nous avons déjà signé un pré-contrat au Caire avec l’Union des confédérations sportives africaines et nous devons aller à Addis-Abeba pour signer le contrat final » avec l’UA, précise Palenfo.

Autres mesures phares : « renforcer les centres de préparation de haut niveau implantés sur le continent africain » et « partager les expériences des comités nationaux olympiques ayant réalisé des bons résultats ».

Hamad Kalkaba Malboum, président de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) et rival de Palenfo pour la présidence de l’Acnoa, pense toutefois qu’il ne faut pas s’interdire de regarder hors du continent pour continuer à grandir. « Nous pouvons nous ouvrir aux autres partenaires internationaux de développement du sport, a-t-il expliqué à Christophe Jousset.Nous avons la capacité d’aller au-delà de 45, 50, 60 ou 70 médailles ». Le débat entre le Camerounais et Palenfo est lancé.

rfi

25 avril 2017

Alphonse Bilé: «On pouvait faire une belle fête du basket au Congo»

 

media
Lors des Jeux africains 2015 à Brazzaville.COJA

La confédération africaine de basket-ball (FIBA Afrique) a confié l’organisation du Championnat d’Afrique des nations masculin (Afrobasket 2017) à l’Angola, suite au désistement du Congo-Brazzaville. Le Secrétaire général de la FIBA Afrique, Alphonse Bilé, revient sur ce revirement qui a mis l’Afrobasket 2017 en péril.

RFI : Alphonse Bilé, pourquoi la FIBA Afrique a-t-elle choisi l’Angola pour accueillir l’Afrobasket à la place du Congo ?

Alphonse Bilé : Il y avait trois postulants : l’Egypte, l’Angola et la Tunisie. Nous avons pris un peu de temps dans la logique de recherche d’un plan B, parce que nous avons tout d'abord voulu permettre au Congo de revenir sur sa décision. Nous avons eu des séances de travail avec sa fédération de basket (Fécoket). Nous espérions qu’ils pourraient convaincre leur ministère des Sports de revenir sur sa décision.

Le problème, c’est que les dirigeants de la Fédération se sont présentés à la réunion de la FIBA Afrique au Mali en demandant davantage de temps. Or, les pays qualifiés pour l’Afrobasket 2017 ont jugé qu’ils ne pouvaient plus attendre.

Maintenant, pour répondre plus précisément à votre question, la Tunisie venait d’organiser le tournoi, en 2015. Quant à l’Egypte, elle organise en 2017 la Coupe du monde des moins de 19 ans, en juillet. Avec l’Afrobasket en août, ça aurait été assez lourd à gérer.

L’Angola, de son côté, n’avait plus organisé l’Afrobasket depuis dix ans. Le Comité exécutif a donc voté pour l’Angola.

Le Congo devait donc organiser l'Afrobasket 2017. Avez-vous été surpris par son forfait ?

Oui, bien sûr. Nous avions envoyé une mission d’inspection au Congo, deux semaines avant ce retrait. Cette délégation a été reçue par le ministre des Sports et par le président de la Fécoket. Tout semblait tranquille et aller pour le mieux.

C’est donc avec surprise que, le 8 avril, que nous avons reçu une lettre [de désistement, Ndlr]qui a également été envoyée à différents organes de presse. […] Nous étions vraiment surpris et nous voulions vraiment comprendre. Nous voulions voir comment les faire venir sur leur décision.

Malheureusement, il n’y a eu des contacts qu’avec la Fédération. Nous n’avons pas pu joindre le ministère ou toute autre instance politique. […]

Ce devait être le premier Afrobasket en Afrique centrale depuis 1974. Est-ce une grosse déception pour la FIBA Afrique que le tournoi n’ait pas lieu dans cette région ?

Oui, c’est une grosse déception. […] Le Comité exécutif et moi-même sommes déçus. Ça aurait été intéressant parce que le Congo était vraiment capable d’organiser l’Afrobasket. Ils ont organisé les Jeux africains 2015 avec brio. C’est vraiment dommage. […]

Le Congo a du potentiel en basket. Ils ont des bons joueurs. Je sais qu’ils sont capables de faire une bonne prestation. […]

Même aujourd’hui encore, nous ne savons pas quelles sont les raisons réelles de ce retrait. Les autorités congolaises nous ont écrits que c’était un problème financier mais je ne pense pas que ce soit le cas. Je pense que c’est davantage un problème d’organisation interne. […]

Le Congo va-t-il être sanctionné ? Son équipe va-t-elle être disqualifiée ?

Oui, son équipe est disqualifiée. C’est vraiment dommage aussi. Nos règlements exigent des sanctions sportives, financières et disciplinaires. Ça nous pose encore un problème même si les règlements seront appliqués. L’équipe du Congo devra être remplacée. […]

Il faut donc trouver le pays qui va prendre sa place. Nous avons déjà trois pays qui sont candidats : l’Algérie, le Tchad et la RCA. Il faut encore trouver la formule pour désigner le pays remplaçant du Congo. Tout ça est compliqué…

De plus, les engagements financiers qui avaient été pris au niveau des télévisions et du marketing doivent être revus. C’est la première fois que nous avons un désistement comme celui-là. […]

Dans le contrat signé avec le Congo, il y a des clauses qui prévoient de sanctionner le Congo financièrement. Mais nous veillerons à ne pas faire disparaitre le basket dans ce pays. […] J’espérais vraiment qu’on ferait une belle fête du basket au Congo.

Les équipes candidates au dernier ticket pour l'Afrobasket 2017 vont-elles être départagées par un tournoi ?

C’est l’option qui a été proposée par le Comité exécutif, même s’il y a d’autres possibilités et que ça revient évidemment plus cher pour certaines équipes de se déplacer à nouveau.

Chaque équipe jouerait deux matches sur terrain neutre. Pour nous, ce serait intéressant. Mais certains pays restent dans la logique financière et préfèreraient recevoir une wild-card. Mais c’est difficile d’en inviter une des trois car ces trois équipes sont sur un pied d’égalité.

Quand le tirage au sort de l’Afrobasket 2017 aura-t-il lieu ?

Nous avons déjà prévu avec l’Angola que ce tirage au sort ait lieu en juin. […]

rfi.fr